Les Verts dénoncent l'absence de débat contradictoire sur le 'mensonge' de Francken

02/01/18 à 15:34 - Mise à jour à 15:36

Source: Belga

(Belga) Pour le groupe Ecolo-Groen à la Chambre, le Premier ministre Charles Michel "fait tout sauf mettre les points sur les i" en se limitant à appeler, via Facebook, à la nuance dans le dossier des retours de ressortissants soudanais vers Khartoum. En omettant d'évoquer dans ce dossier la retenue d'informations par le secrétaire d'État Theo Francken, au détriment du Premier ministre, M. Michel démontre son "absence totale de leadership" dans le gouvernement, estime le député Kristof Calvo.

Le Premier ministre "se contente de recycler la communication de la N-VA. N'estime-t-il pas problématique d'avoir été informé erronément par son secrétaire d'État? ", se demande le député écologiste. Kristof Calvo fustige également le choix de M. Michel de communiquer unilatéralement via Facebook alors que l'opposition demande depuis dix jours un débat au parlement sur ce dossier. "Michel se tait depuis dix jours et communique à présent via les réseaux sociaux. Son appel à la nuance et à la retenue est juste mais le problème à cet égard trouve sa source dans son propre gouvernement", commente Kristof Calvo. Enfin, le député Ecolo-Groen voit dans cette affaire une question de respect des droits de l'Homme. Il souhaite entendre du gouvernement qu'il n'y aura plus de mission d'identification organisée avec la collaboration du régime sanguinaire d'Omar el-Béchir. Son collègue Jean-Marc Nollet a réagi dans le même sens sur Twitter. "Pas un mot sur les mensonges de Theo Francken", a-t-il constaté à la lecture de la communication du Premier ministre. Pas de débat parlementaire non plus avant le 11 janvier alors que l'opposition le demande depuis le 22 décembre, souligne-t-il. Ce jour-là, le secrétaire d'État Theo Francken a admis avoir gardé une information selon laquelle au moins un nouveau vol était prévu courant janvier vers le Soudan, qu'il avait fait suspendre. Le secrétaire d'État ne souhaitait pas que, rendue publique, cette information crée un 'appel d'air' de la communauté soudanaise en Belgique. Il avait qualifié dans un premier temps d'"absurdes" les déclarations du Premier ministre selon lesquelles les expulsions vers le Soudan seraient suspendues en janvier en attendant une enquête sur des allégations de torture, avant de lui présenter des excuses. "Au moins on sait maintenant que la collaboration n'est plus technique mais bien idéologique! ", a réagi sur Twitter la députée Julie Fernandez (PS) après la communication du Premier ministre. (Belga)

Nos partenaires