Les sportives belges de haut niveau source d'inspiration

08/03/18 à 15:57 - Mise à jour à 16:03

Source: Belga

(Belga) Plusieurs sportives belges de haut niveau étaient à l'honneur, jeudi, journée internationale des femmes. Invitées par le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, Ingrid Berghmans, Kimberley Buys, Michèle George ou encore Vanina Ickx et Aisling D'Hooghe, gardienne des Red Panthers, ont partagé leurs expériences en matière d'égalité entre hommes et femmes dans leur discipline respective.

"Mon père n'a jamais fait la différence entre les garçons et les filles. Il ne m'a jamais dit que je ne pouvais pas essayer", a déclaré Vanina Ickx, pilote automobile et fille du champion Jacky Ickx. "C'est un monde de machos", affirme l'ancienne pro. "Les hommes ont un regard bienveillant sur les femmes qui pratiquent un sport, mais quand elles arrivent dans le leur, c'est une autre histoire! Le pire pour eux serait de se faire dépasser par une femme." "J'ai dû travailler dur", a pour sa part raconté l'ancienne championne olympique de judo Ingrid Berghmans. Cette pionnière du judo de compétition estime par contre que s'entraîner avec des hommes "l'a aidée dans sa carrière". Si en Belgique, la situation est plus facile pour les femmes judokas qu'ailleurs, "nous devons être solidaires et espérer le respect", a poursuivi la médaillée d'or à Séoul en 1988. Pour Aisling D'Hooghe, qui s'exprimait au nom des Red Panthers, "la Fédération belge de hockey met tout en ?uvre pour que les joueuses soient reconnues au même titre que les hommes". "Car nous pratiquons le même sport, faisons les mêmes sacrifices et les mêmes entraînements." Le seul frein, estime-t-elle, se situe au niveau des médias. "Nous ne sommes pas encore vraiment reconnues par la télévision, la médiatisation n'est pas la même." Jean-Michel Saive, exception masculine parmi le panel de sportifs invités, constate, lui, un progrès en matière d'égalité entre hommes et femmes dans le sport ces dernières années. "Ce n'est par contre pas toujours le cas au comité olympique européen par exemple", nuance-t-il. "Il y a encore des progrès à faire." (Belga)

Nos partenaires