Les solutions pour résoudre le problème des nouveaux médecins sans numéro Inami

02/11/14 à 16:07 - Mise à jour à 17:05

Source: Belga

Des solutions pour résoudre le problème des étudiants francophones en médecine qui ne pourront recevoir un numéro Inami ont été avancées ce week-end de part et d'autre de la frontière linguistique.

Les solutions pour résoudre le problème des nouveaux médecins sans numéro Inami

© istock

Si les formules proposées sont différentes, les responsables médicaux et académiques estiment que ces futurs médecins victimes de décisions prises au-dessus d'eux ne peuvent être sacrifiés.

La RTBF et RTL-TVi ont consacré leur débat dominical à ce dossier. Dans son édition de vendredi, "Le Soir" a exposé la solution préconisée par le Collège des doyens des facultés de médecine francophone. A court terme, de manière "réaliste", les doyens proposent d'instaurer un examen d'entrée aux études dès la rentrée 2015, comme le fait la Flandre depuis de nombreuses années. En échange, le numerus clausus à la fin des études serait suspendu. Le temps presse, a souligné le président de ce Collège, Yvon Englert. La solution doit être trouvée avant la fin de l'année.

Les doyens francophones présentent cette formule comme un compromis avec la Flandre. A leurs yeux, il faudra un jour mettre fin au système du numerus clausus inadapté à la réalité de la pratique médicale et au regard de l'Europe d'aujourd'hui où les médecins peuvent s'installer librement dans un autre pays. Ils proposent un mécanisme reposant sur une loi d'installation à la manière de ce qui se fait pour les pharmacies. Si une pénurie est constatée à un endroit, une place est ouverte et les médecins peuvent se porter candidats sur la base de leur formation et de leur expérience.

Du côté flamand, le vice-doyen de la faculté de médecine de Gand et membre de la Commission de planification de l'offre médicale, Jan De Maeseneer, a insisté sur la nécessité d'"optimiser" la planification. Il a lui aussi préconisé l'instauration d'un examen avant le début de la première année de médecine mais "pour respecter l'effort flamand" (en Flandre, le nombre d'étudiants concernés par le problème est beaucoup moins important), il demande que la cohorte d'étudiants admis du côté francophone soit réduite pendant dix ans de cent unités.

Les détracteurs du système actuel, mis en place en 1997, invoquent la pénurie de médecins constatée dans certaines spécialités, dont la médecine générale, et dans certains endroits, en particulier les quartiers denses des grandes agglomérations et les zones rurales.

Au mois de décembre, l'ancienne ministre de la Santé, Laurette Onkelinx (PS), avait fait passer au conseil des ministres un arrêté royal qui supprimait à terme le contingentement de l'offre médicale dans les spécialités en pénurie. Le gouvernement flamand de l'époque a bloqué le point et l'a inscrit au comité de concertation. "Il n'y a pas trop de médecins. Il n'y en a pas assez et cette limitation est ridicule", a lancé la nouvelle figure de proue de l'opposition socialiste.

Interrogée à la Chambre, la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open Vld), a indiqué qu'elle attendait l'élaboration d'un cadastre de l'offre médicale avant de se prononcer. Un tel cadastre, qui

croise les données de l'Inami et celles du SPF Santé pour permettre de cerner les prestations effectuées par chaque médecin, a déjà été présenté en 2010. Un nouveau semble être déjà prêt.

Selon le Dr De Maeseneer, il est faux de parler de pénurie. Huit mille médecins généralistes équivalents temps plein sont recensés pour 14.000 numéros Inami.

La moyenne belge s'établit à un médecin pour 1.200 habitants, alors qu'en Europe, la moyenne tourne autour d'un médecin pour 1.500 à 2.000 habitants, selon M. De Maeseneer. "Il n'y a pas de pénurie", a-t-il affirmé.

Le problème de ces étudiants en médecine relance le débat sur l'instauration d'un examen d'entrée aux études de médecine. Quelle que soit la coalition en place, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne s'est jamais accordé sur une telle formule et a expérimenté plusieurs mécanismes au fil des années sans toutefois résoudre le problème.

Le député Jacques Brotchi (MR) a annoncé qu'il redéposerait une proposition de décret sur cet examen d'entrée. La cheffe de groupe cdH, Marie-Martine Schyns, a plaidé pour la création d'un baccalauréat en sciences ouvrant d'office la porte aux études de médecine, les étudiants qui n'y ont pas satisfait étant tenus de passer un examen d'entrée. "A la Fédération Wallonie-Bruxelles, on doit aussi accepter un système de filtre", a-t-elle dit.

Le débat sur le sort de ces étudiants francophones révèle une fracture entre les deux Communautés. "Les Flamands se sentent discriminés depuis 15 ans. Ils respectent la loi et ont créé un examen d'entre qui fonctionne très bien", a affirmé le Dr Marc Moens, vice-président de l'Association belge des syndicats médicaux (Absym)

Nos partenaires