Les soins de santé prodigués en prison sont "inhumains"

23/12/13 à 06:49 - Mise à jour à 06:49

Source: Le Vif

L'ancien médecin en chef des établissements pénitentiaires Francis Van Mol tire la sonnette d'alarme sur la qualité des soins de santé prodigués dans les prisons belges. La qualité d'un médecin de prison est jugée sur la rapidité avec laquelle il fait un vaccin, déplore-t-il lundi dans les colonnes du Standaard et de Het Nieuwsblad.

Les soins de santé prodigués en prison sont "inhumains"

© thinkstock

"Jusqu'à 10% des détenus souffrent de problèmes psychiatriques graves. Une médication contrainte peut s'avérer mortelle chez eux. Une conversation avec un détenu en difficultés est souvent préférable, mais personne ne dispose de temps pour cela", regrette-t-il. Un constat que confirme Ann Chapelle, médecin dans les prisons de Forest et Malines. "Nous disposons en moyenne seulement de quelques minutes par consultation." Or, en prison, l'on rencontre beaucoup plus fréquemment des maladies telles que le sida ou la tuberculose qu'en dehors. "Nous devons renvoyer après 5 minutes un détenu qui vient d'apprendre qu'il était contaminé par le sida. C'est inhumain! ", tonne-t-elle.

Bientôt 7 nouvelles prisons

Le comité ministériel restreint s'est accordé sur une capacité d'accueil supplémentaire dans les prisons. Son objectif est ainsi de construire sept nouveaux établissements pénitentiaires, dont la capacité totale serait de 1.500 places, afin de mettre fin à la surpopulation carcérale, lit-on lundi dans Het Laatste Nieuws.

La Belgique compte 12.000 détenus, alors qu'il n'y a de la place que pour 9.500 d'entre eux. D'ici à la fin de l'année prochaine, on devrait compter un total de 10.800 places, ce qui n'est pas encore suffisant. C'est pourquoi la capacité d'accueil a encore été élargie.

Le nouveau masterplan, sur lequel le gouvernement a conclu un accord de principe, prévoit sept nouvelles prisons. "Chaque installation disposera de ses propres spécificités, afin que les détenus qui nécessitent une surveillance importante se trouvent dans une prison de haute sécurité", explique-t-on au SPF Justice.

Un établissement de haute sécurité verra par exemple le jour à Achêne, en région namuroise. A Paifve, près de Liège, c'est un centre pour internés qui sera installé. Des prisons classiques sortiront de terre dans le Limbourg, à Bourg-Léopold (sur le site du quartier militaire) et, en Flandre occidentale, à Ostende. Le centre de détention de Saint-Hubert, qui pratique un régime ouvert, et son pendant flamand, la prison de Wortel, seront agrandis, tandis que la prison de Verviers sera entièrement remplacée.

En savoir plus sur:

Nos partenaires