Les services de renseignement militaire ont soutenu en secret une milice kurde

30/01/18 à 11:33 - Mise à jour à 11:59

Source: Knack

Le Service général du Renseignement et de la Sécurité (SGRS) a négocié, l'année dernière, avec le groupe Kurde YPG pour leur fournir des vêtements de combat. L'action sera, in fine avortée, mais le SGRS a aussi organisé des séances d'entraînement et de techniques de tir pour des dizaines de combattants kurdes, a appris le Knack de plusieurs sources bien informées. Tout indique que l'affaire était l'une des raisons de la démission du général Eddy Testelmans en juin 2017.

La protection des citoyens et des forces armées belges à l'étranger est l'une des tâches les plus importantes du SGRS, le pendant militaire de la Sécurité de l'État. Suite au drame des dix parachutistes belges tués au Rwanda en 1994, le service de renseignements de l'armée va aussi être chargé de la protection des soldats belges en mission à l'étranger. Ces dernières années, le SGRS a notamment été actif en Afghanistan, au Mali et au Liban. Mais comment parvient-il à obtenir des informations cruciales sur ses territoires en guerre ? Et avec quels partenaires travaille-t-il?
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires