Les Rohingyas devront vivre dans des abris temporaires à leur retour en Birmanie

25/11/17 à 10:06 - Mise à jour à 10:08

Source: Belga

(Belga) Les Rohingyas actuellement réfugiés au Bangladesh qui vont retourner en Birmanie suite à l'accord conclu entre les deux pays devront d'abord vivre dans des abris temporaires ou des camps, a annoncé Dacca samedi.

"Au départ, ils seront installés dans des abris temporaires ou des installations prévues pour un temps limité", a déclaré aux journalistes le ministre bangladais des Affaires étrangères A.H. Mahmood Ali. "La plupart des villages ont brûlé. Où pourraient-ils donc retourner? Il n'y a plus de maisons. Où pourraient-ils vivre?", a-t-il expliqué, soulignant qu'il était "physiquement impossible" pour les réfugiés de regagner leurs habitations. La Birmanie et le Bangladesh ont annoncé jeudi, à quelques jours d'une visite du pape François, un accord au contenu flou sur un retour des réfugiés rohingyas qui sont plus de 600.000 à avoir fui au Bangladesh ces dernières semaines. L'accord devrait s'appliquer "dans les deux mois", selon le Bangladesh. Un groupe de travail doit être mis en place dans les trois semaines pour décider des modalités de rapatriement. "La Birmanie prendra toutes les mesures possibles pour s'assurer que les personnes qui reviennent ne soient pas installées dans des sites temporaires durant une longue période et que leur liberté de mouvement en Etat Rakhine soit permise en conformité avec les lois et règlements existants", stipule le texte de l'accord publié samedi par Dacca. Vendredi, le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a estimé que les conditions n'étaient actuellement pas réunies pour assurer un retour "sécurisé et durable" des membres de cette minorité musulmane en Birmanie. Face à une campagne de répression de l'armée birmane que l'ONU considère comme un nettoyage ethnique, quelque 620.000 Rohingyas ont afflué depuis août au Bangladesh et la crise humanitaire a déclenché un émoi international et des critiques visant la dirigeante birmane Aug San Suu Kyi, lauréate du Prix Nobel de la paix, fustigée pour sa retenue dans ce dossier. (Belga)

Nos partenaires