Les psychothérapeutes regrettent une possible détérioration de la qualité des soins

07/02/16 à 15:49 - Mise à jour à 15:49

Source: Belga

(Belga) Une cinquantaine de responsables d'institutions ou d'enseignement psychothérapeutiques souhaitent attirer l'attention du public sur les risques d'une nouvelle loi réglementant les professions des soins de santé mentale. Ils adressent un mémorandum au gouvernement fédéral.

Vendredi, le conseil des ministres a donné son feu vert au projet de la ministre de la Santé, Maggie De Block, de limiter la psychothérapie aux psychologues cliniciens, orthopédagogues cliniciens et aux médecins. Les psychothérapeutes ne seront donc pas reconnus comme exerçant une profession distincte. "Dans la mesure où il n'y a pas eu de concertation jusqu'à présent, il nous paraît nécessaire de marquer notre profonde préoccupation sur le fait que cette loi, contrairement à son intention, risque de provoquer une grave détérioration de la qualité des soins de santé mentale accessibles aux patients", invoquent les psychothérapeutes dans un communiqué. Leur mémorandum reprend six questions essentielles à leurs yeux, comme la spécificité de la psychothérapie, les bénéfices de la pluralité des orientations psychothérapeutiques ou les manquements de la formation en psychothérapie. Le projet de loi doit désormais faire l'objet d'une analyse par le conseil d'État, d'un nouvel examen en gouvernement et finalement de débats parlementaires. (Belga)

Nos partenaires