Les propriétaires de maisons de prostitution de Saint-Josse devant le Conseil d'Etat

11/02/16 à 15:13 - Mise à jour à 15:13

Source: Belga

(Belga) Après les prostituées début février, les propriétaires de maisons de prostitution de Saint-Josse s'opposent également à un règlement encadrant leur profession, porté par le bourgmestre Emir Kir. Vingt-deux propriétaires de la rue Linné saisissent le Conseil d'Etat, ont-ils annoncé lors d'une conférence de presse jeudi.

De nouvelles règles doivent entrer en vigueur le 1er mars dans le but d'encadrer la prostitution en vitrines dans le quartier Nord. Les propriétaires voient augmenter leur contribution fiscale de 950 à 3.000 euros. Les travailleurs et travailleuses du sexe devront se munir d'un certificat de conformité et d'un certificat de bonne vie de m?urs, tandis que les heures de travail autorisées sont réduites de 25%. "Nous essayons de nous fournir une attestation de conformité depuis le mois d'août, mais la commune trouve toujours d'autres raisons pour reporter la délivrance. Le bourgmestre Emir Kir ne veut pas donner de nouvelles attestations, mais il nous fera fermer si nous n'en avons pas", dénonce Pascale De Bruycker, propriétaire d'une maison close dans la rue Linné. Vingt-deux propriétaires saisissent donc le Conseil d'Etat pour annuler le nouveau règlement et la hausse des taxes. Ils craignent d'être victimes de l'agenda politique d'Emir Kir et colleront des affiches sur leurs devantures indiquant que leur maison n'est pas à vendre. (Belga)

Nos partenaires