Les propositions de Koen Geens renforcent les différences entre nord et sud du pays

22/05/16 à 11:10 - Mise à jour à 11:10

Source: Belga

(Belga) Les propositions faites par le ministre de la Justice Koen Geens aux syndicats des gardiens de prison renforcent les inégalités entre le nord et le sud du pays et l'injustice d'une répartition antérieure que l'on ne rééquilibre pas, déplore dimanche la CSC Services publics, qui dit s'interroger sur les intentions du politique. Le syndicat chrétien affirme ne pas pouvoir accepter une clé de répartition du personnel "totalement mathématique" et basée sur un équilibre qui ne tienne pas compte des particularités en termes d'infrastructures ou de taux de surpopulation carcérale.

Les propositions de Koen Geens renforcent les différences entre nord et sud du pays

Les propositions de Koen Geens renforcent les différences entre nord et sud du pays © BELGA

Les syndicats ont rencontré vendredi le cabinet de la Justice pour la neuvième fois depuis le début de la grève dans les prisons francophones et bruxelloises, le 25 avril dernier. Une proposition leur a été faite à l'issue, mais a été rejetée, ne répondant pas aux revendications des organisations syndicales francophones. "Force est de constater que les propositions du ministre vont bien au-delà des revendications des prisons du nord mais ne répondent pas aux besoins des prisons francophones et bruxelloises qui, elles, appellent au secours depuis 27 jours", constate Laurence Clamar, secrétaire permanente Justice de la CSC Services publics. "Les différences de réalité entre le nord et le sud influencent fortement la charge de travail. Nous ne pouvons accepter une clé de répartition du personnel totalement mathématique et basée sur un équilibre qui ne tienne pas compte de ces particularités pourtant bien réelles et qui ont un impact sur le travail au quotidien", poursuit-elle, assurant cependant ne pas vouloir entrer dans un débat communautaire. Les besoins des prisons aujourd'hui en grève ne sont pas reconnus par le ministre, dénonce la CSC services publics, qui lui demande de les prendre en compte plutôt que de les nier. (Belga)

Nos partenaires