Les pouvoirs de Bellens provisoirement délégués au duo Stewart-De Clerck

16/11/13 à 12:07 - Mise à jour à 12:07

Source: Le Vif

Le conseil d'administration de Belgacom a provisoirement transmis les pouvoirs d'administrateur délégué (CEO) au directeur financier (CFO) Ray Stewart et au président du conseil d'administration Stefaan De Clerck, a annoncé l'opérateur samedi. Ils reprennent ainsi la fonction de Didier Bellens.

Les pouvoirs de Bellens provisoirement délégués au duo Stewart-De Clerck

© Image Globe

Le duo remplacera durant quelques semaines Didier Bellens, le désormais ex-administrateur délégué de Belgacom, révoqué par le gouvernement fédéral vendredi.

Le CA de l'opérateur a indiqué prendre acte de la décision du gouvernement de mettre un terme à la collaboration avec M. Bellens. Outre ses nouvelles fonctions, M. Stewart présidera également le comité de direction de l'opérateur. Présent au sein de Belgacom depuis 1997, "Ray Stewart est la personne idéale pour garantir une période de transition stable", a estimé Stefaan De Clerck. Cet Américain âgé de 64 ans, qui ne s'exprime ni en néerlandais ni en français, avait déjà assuré un intérim à la suite du décès de John Goossens (prédécesseur de Didier Bellens) en 2002.

"Ce sont des moments difficiles pour le CA et pour Belgacom", a déclaré M. Stewart. "Notre but est de finir l'année avec succès, de tourner la page (Bellens) et d'aller de l'avant", a-t-il poursuivi, estimant qu'il fallait dorénavant que Belgacom soit évoqué dans la presse pour de bonnes raisons. "C'est une tâche difficile, mais, avec mes collègues, je suis convaincu que nous y arriverons. Rien ne va vraiment changer. Nous croyons et soutenons la stratégie qui a été mise en place", a-t-il assuré.

En collaboration avec l'ensemble de l'équipe de management de Belgacom, le duo veillera à ce que "le fonctionnement quotidien de l'entreprise se poursuive en toute sérénité et efficacité". "Nous devions prendre les mesures qui s'imposent afin d'être 'back to business' le plus rapidement possible", a déclaré Stefaan De Clerck.

"Nous ne pouvons garantir de délai"

Le CA a par ailleurs décidé de lancer immédiatement la procédure de recrutement d'un nouvel administrateur délégué pour le groupe Belgacom. Un bureau externe de chasseurs de tête, sélectionné sur la base d'un appel d'offres, sera chargé d'établir une liste succincte de candidats qualifiés, précise l'opérateur. Ray Stewart a annoncé samedi ne pas être candidat à ce poste.

Les candidats les plus aptes seront présentés au gouvernement, qui procédera à la nomination finale, comme le prévoit la loi. "En concertation avec le gouvernement, le CA veillera à ce que cette procédure se déroule de manière rapide et efficace." Le président du CA a estimé ce délai à quelques semaines, espérant aboutir avant la fin de l'année. "Nous ne pouvons toutefois pas garantir ce délai", a-t-il prévenu.
Le salaire du futur CEO sera supérieur aux 290.000 euros fixés par le gouvernement, mais inférieur à la rémunération actuelle de Didier Bellens, a assuré Stefaan De Clerck.

Le CA a enfin précisé ne pas avoir activé la clause de non-concurrence qui se trouvait dans le contrat le liant à M. Bellens. "Nous estimons que cela doit être possible d'avancer avec la société sans invoquer cette clause et que cela ne lésera pas Belgacom. M. Bellens est donc libre de faire autre chose" et de s'engager pour une autre société de télécoms, a assuré Stefaan De Clerck.

Didier Bellens a été révoqué vendredi car le gouvernement fédéral a estimé que les incidents et polémiques qui se sont répétés ont entamé la relation de confiance entre l'ex-CEO et l'Etat, actionnaire majoritaire de l'entreprise. Le gouvernement a justifié sa décision "par le constat d'un manquement grave aux devoirs auxquels l'administrateur délégué est tenu". Ce constat implique que M. Bellens ne touchera pas d'indemnité de départ.

Nos partenaires