Les policiers bien formés pour éviter tout profilage ethnique

09/05/18 à 10:29 - Mise à jour à 10:35

Source: Belga

(Belga) Les policiers belges sont bien formés pour éviter tout profilage ethnique, réagit mercredi matin Vincent Gilles, président national du SLFP Police. Amnesty International dénonce au contraire dans un rapport qu'un tel profilage s'opère au quotidien. Pour Stéphane Deldicque, vice-président de la CSC Services publics, "on ne peut nier qu'une telle problématique existe" mais il faut la remettre dans un contexte plus général.

Un profilage ethnique peut être constaté "mais cela reste marginal", souligne M. Deldicque. "Je ne veux pas minimiser le phénomène mais il ne faut pas prêter une intention malveillante à tous les policiers qui, en toute conscience, contrôleraient en fonction de l'origine ethnique", insiste le syndicaliste. Pour Vincent Gilles, le profilage ethnique par les policiers n'existe pas. "L'agent analyse la situation et les individus auxquels il est confronté et ne se base pas sur des éléments subjectifs et orientés", souligne le président du SLFP Police. "Tout contrôle doit pouvoir être justifié donc contrôler une personne juste parce qu'elle est d'origine marocaine, ce n'est pas possible." Pour le syndicaliste, "il faut garder les pieds sur terre" et les "propos d'Amnesty International sont exagérés". D'autant plus que le résultat de 48 interviews ne peut être considéré comme scientifique, estime M. Gilles. "Nous dénonçons tout abus de pouvoir et la multiculturalité est un des éléments essentiels de la formation des policiers mais en ces temps de terrorisme islamiste, il est normal qu'on ne se dirige pas vers des Suédois", s'exclame-t-il. "Il existe des règles mais il est vrai que la réalité du terrain" peut être différente, nuance le vice-président de la CSC Services publics. Pour Stéphane Deldicque, les policiers sont bien formés pour éviter cet écueil mais "il faut rester vigilant et attentif". Il lance un appel au ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, pour qu'il rencontre le Comité permanent de police locale afin d'examiner "s'il serait intéressant d'établir un plan d'action" pour lutter contre ce phénomène, par le biais de sensibilisation ou de campagnes internes par exemple. "Il faut garantir l'image d'impartialité de la police", conclut-il. (Belga)

Nos partenaires