Les PMS intégrés dans les écoles ?

14/05/16 à 16:40 - Mise à jour à 16:40

Le Pacte d'excellence se désintéresse-t-il des centres psycho-médico-sociaux ? Des agents s'inquiètent de l'avenir de leur métier, sur lequel la ministre de l'Education va se pencher dans les prochaines semaines.

Quand, en avril 2015, Joëlle Milquet, CDH et alors ministre de l'Education, rentre d'une visite d'étude au Québec, elle passe en revue ce qui l'a enthousiasmée dans cette contrée où les élèves sont à peu près les seuls au monde, avec les Finlandais, à résister au raz de marée des pays asiatiques dans les enquêtes Pisa qui évaluent, parmi une cinquantaine de pays, les compétences en lecture, en sciences et en mathématiques des élèves de 15 ans. "Là-bas, chaque établissement a, en interne, une équipe hors enseignants et hors direction composée de logopèdes, de conseillers en orientation, d'experts des troubles de l'apprentissage, souligne-t-elle. Au lieu d'avoir des équipes pluridisciplinaires en dehors de l'école, le Québec les intègre à l'intérieur des établissements, ce qui est une force fabuleuse. Quand elles détectent un problème le 30 septembre, elles lancent un plan d'intervention." Joëlle Milquet trouve aussi que "des structures extérieures à l'école, comme aujourd'hui chez nous, débordées, travaillant avec autant d'élèves, c'est peu opérant." A plusieurs reprises, elle va répéter ces propos, parlant de "totalement réinventer notre système de fonctionnement avec les PMS".
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires