Les Pays-Bas se défendent d'être responsables de centaines de morts à Srebrenica

06/10/16 à 17:55 - Mise à jour à 18:02

Source: Belga

(Belga) L'Etat néerlandais, qui avait été jugé civilement responsable de la mort de centaines de musulmans à Srebrenica en 1995 pendant la guerre de Bosnie, s'est défendu jeudi en appel, arguant que "personne n'aurait pu anticiper un génocide".

"Personne n'aurait un jour pensé qu'un génocide était possible en Europe en 1995", a affirmé l'avocat de l'Etat, Bert-Jan Houtzagers, au début du procès d'une journée devant la cour d'appel de La Haye. Le jugement sera rendu le 14 mars. En juillet 2014, le tribunal de première instance de La Haye avait décidé que les soldats néerlandais, sous mandat des Nations unies, n'auraient pas dû évacuer plus de 300 hommes bosniaques réfugiés dans leur base militaire près de Srebrenica, à Potocari. La Haye avait donc été jugée civilement responsable de ces morts. Les juges avaient toutefois débouté le reste de la requête des plaignantes, des mères et épouses de victimes, estimant que l'Etat ne pouvait être tenu responsable de la mort de l'ensemble des 8.000 hommes et garçons assassinés en quelques jours de juillet 1995 par les troupes du général serbe de Bosnie, Ratko Mladic. L'Etat, tout comme les familles des victimes, avaient interjeté appel. Pour l'avocat de plusieurs familles, Marco Gerritsen, les Casques bleus "ont placé leur sécurité au-dessus de tout le reste". "Ils n'ont pas suivi les instructions des Nations unies, qui étaient de protéger la population civile", a-t-il ajouté. La Haye, de son côté, assure que l'unique responsable de ce massacre, le pire commis en Europe depuis la deuxième Guerre mondiale et qualifié de génocide par la justice internationale, sont les troupes des Serbes de Bosnie. La guerre de Bosnie a fait plus de 100.000 morts et environ 2 millions de réfugiés et de déplacés. (Belga)

Nos partenaires