Les pauvres profitent peu de la reprise économique, selon l'OCDE

24/11/16 à 15:22 - Mise à jour à 15:25

Source: Belga

(Belga) Malgré un contexte de reprise modérée, les inégalités demeurent, les pauvres ne profitant que peu de la reprise économique, selon un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publié jeudi. La reprise post-crise de 2008 n'a donc pas permis de renverser la tendance au creusement de l'écart entre riches et pauvres, a indiqué l'organisation dans une note.

Les pauvres profitent peu de la reprise économique, selon l'OCDE

Les pauvres profitent peu de la reprise économique, selon l'OCDE © BELGA

Entre 2007 et 2010, le revenu réel disponible a davantage reculé pour les 10% de ménages les plus modestes que pour les 10% de ménages les plus riches. Les baisses se sont élevées à 5,3% pour les premiers contre 3,6% pour les seconds. Le redressement amorcé depuis 2010 a ainsi davantage profité aux ménages les plus aisés, qui ont vu leurs revenus rebondir de 2,3% entre 2010 et 2014. Dans le même temps, les revenus des plus pauvres n'ont regagné que 1,1%. Au cours des dernières années, malgré un recul du chômage et un retour de la croissance, les inégalités sont restées à des niveaux historiques, relève l'OCDE. Le coefficient Gini, qui lui sert d'indicateur, affichait une moyenne de 0,318 point en 2013/2014. Pour la Suisse, il était de 0,295 (état: 2013). C'est le plus haut chiffre jamais enregistré depuis le milieu des années 1980. La valeur 0 indique un partage équitable, le 1 une inégalité maximale. Les plus fortes inégalités se trouvent au Chili (0,465), au Mexique (0,459) et aux Etats-Unis (0,394). Les pays les plus équitables sont en Europe du Nord: Islande (0,244), Norvège (0,252) et Danemark (0,254). Concernant le taux de pauvreté relative, l'Islande et le Danemark sont en tête avec, respectivement 4,6% et 5,4% de la population vivant avec moins de 50% du revenu médian. Ils sont suivis par la Tchéquie (6%). Les Israéliens sont les plus pauvres: 18,6% d'entre eux perçoivent moins que le salaire médian. Ils sont précédés des Américains (17,5%) et des Turcs (17,2%). (Belga)

Nos partenaires