Les partis flamands veulent des transferts vers les Communautés, les francophones vers les Régions

12/08/10 à 08:27 - Mise à jour à 08:27

Source: Le Vif

Plusieurs journaux chiffraient jeudi le montant des transferts de compétences envisagés dans le cadre des pourparlers menés sous la houlette du préformateur Elio Di Rupo.

Les partis flamands veulent des transferts vers les Communautés, les francophones vers les Régions

© Belga

Selon La Libre Belgique, le montant des transferts s'élèverait à 13 milliards, tandis que le Standaard avance une fourchette de 12 à 15 milliards d'euros.

Au-delà des chiffres, les différents journaux soulignent l'ampleur de la réforme envisagée, qui pourrait devenir "l'une des plus importantes réformes de l'Etat, si pas la plus importante de l'histoire institutionnelle récente de la Belgique", pour La Libre Belgique.

Les quotidiens reviennent aussi sur la volonté des partis flamands de transférer des compétences aux Communautés, à laquelle les francophones opposent une vision régionaliste, qui maintient le caractère spécifique de la Région bruxelloise.

"Selon nos informations, les négociateurs du Nord accepteraient malgré tout que certaines matières actuellement fédérales soient transférées aux Régions, tels la mobilité, le code de la route ou l'énergie. Mais, pour les domaines clés, c'est bien une communautarisation qu'exigent certains partis flamands. Et c'est bien là que cela bloque", écrit Le Soir, qui cite en particulier la sécurité sociale, la Justice et la formation.

En matière de sécurité sociale, "la N-VA et le CD&V souhaitent transférer à la Flandre et à la Communauté française le régime des allocations familiales et le système des soins de santé". Cela "contraindrait les Bruxellois à se déclarer officiellement francophone ou néerlandophone" et aboutirait à la création "de sous-nationalités dans la capitale", selon le quotidien.

Levif.be avec Belga

Nos partenaires