Les partis flamands acceptent la note de De Wever

18/10/10 à 09:37 - Mise à jour à 09:37

Source: Le Vif

Alors que la note de clarification de Bart De Wever ne convainc personne du côté francophone, les partis flamands ne sont pas aussi catégoriques.

Les partis flamands acceptent la note de De Wever

© Belga

Le CD&V ne rejette pas la note de compromis proposée par le président de la N-VA Bart De Wever. "Il est positif qu'il y ait quelque chose sur papier", a réagi lundi sur la VRT-Radio le président du CD&V Wouter Beke. Ce dernier est d'avis qu'il faut continuer à négocier. "Il n'y a pas d'alternative. Personne n'attend les élections".

Selon Wouter Beke, chaque parti autour de la table devrait à présent lister ce qui lui semble "déséquilibré".

Le Bureau du CD&V se réunit lundi matin afin d'apporter une réponse à la note de Bart De Wever.

Groen! ne comprend pas l'attitude des francophones Le président de Groen! Wouter Van Besien voit dans la note de Bart De Wever "une bonne base pour la finalisation" des discussions, a-t-il indiqué lundi sur la VRT-Radio. Les passages sur la sécurité sociale suscitent encore quelques interrogations aux yeux des Verts flamands et ils devront être clarifiés mais les écologistes flamands estiment "incompréhensible" la réaction des francophones qui ont rejeté dimanche cette note de compromis.

"Bart De Wever a dit lui-même que sa proposition n'était pas à prendre ou à laisser", a souligné Wouter Van Besien. "Nous avons encore des sujets d'interrogation qui ont notamment trait au financement des pensions et de la sécurité sociale. Mais nous trouvons l'ensemble solide", a-t-il dit.

Wouter Van Besien ne comprend pas comment le PS, le cdH et Ecolo ont pu aussi rapidement balayer cette note qui venait à peine d'être déposée sur la table. Le président de Groen! rejette l'option des élections.

Gennez : la réaction rapide des partis francophones est "stupide" et "irresponsable".


La président du sp.a Caroline Gennez s'est dit "prudemment positive" à l'égard du texte de Bart De Wever chargé de rapprocher les points de vue entre néerlandophones et francophones. Selon elle, il subsiste quelques "peccadilles" dans ce texte, mais il faut continuer à négocier. Mme Gennez qualifie de "stupide" et "irresponsable" la réaction rapide des partis francophones.

A l'instar du président de Groen! Wouter Van Besien, Caroline Gennez a encore quelques interrogations à propos du financement à terme de la sécurité sociale fédérale. "Il faut continuer à négocier et à calculer", a-t-elle indiqué sur la VRT-Radio.

La présidente du sp.a ne comprend pas la réaction des francophones. "C'est tout simplement stupide. En politique, il faut savoir mettre de côté son ego, son honneur et ses émotions. Il y a énormément sur la table. De bonnes choses, mais aussi beaucoup de questions. Tout rejeter de but en blanc est stupide et irresponsable", a-t-elle dit.

Open-VLD : De Wever doit continuer de travailler à une solution

Le président de l'Open Vld, Alexander De Croo, juge incompréhensible que les partis francophones n'aient pas pris "le temps et la peine" d'examiner en profondeur la note de Bart De Wever. Il estime que M. De Wever doit maintenant travailler à un accord qui puisse être soutenu par les autres partis. De nouvelles élections ne résoudront rien, selon lui.

M. De Croo estime positif qu'un projet de réforme ait été couché sur papier. Il s'interroge sur le rejet immédiat de la note par les francophones. "Cela en dit long sur le climat de méfiance qui s'est installé entre les négociateurs au cours des quatre derniers mois. Cent vingt-sept jours après les élections, nous ne sommes nulle part", dit-il.

La responsabilité de trouver un accord reste celle des vainqueurs des élections, selon M De Croo. Il estime que M. De Wever doit continuer de travailler à un compromis. "Qui remporte les élections ne peut pas abandonner comme ça. Qui remporte les élections doit oeuvrer à une solution pour sortir notre pays de l'impasse".

D'après lui, l'organisation d'un nouveau scrutin n'apportera pas de solution. "Au contraire, de nouvelles élections ne seront que la preuve ultime de l'échec du PS et de la N-VA", conclut-il.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires