Les objectifs d'Elio Di Rupo

16/06/11 à 17:25 - Mise à jour à 17:25

Source: Le Vif

Avant de continuer la rédaction de sa note, Elio Di Rupo clarifie quelques points dans un communiqué de presse afin "de travailler dans la transparence".

Les objectifs d'Elio Di Rupo

© Image Globe

Elio Di Rupo, s'est fixé deux grands objectifs à atteindre. Pour le formateur, il faut tout d'abord "une profonde réforme de l'Etat pour stabiliser le pays, avec une plus grande autonomie pour les Régions et les Communautés. Une réforme qui nécessitera une large majorité au Parlement".

Il faut ensuite prendre des mesures pour résorber le déficit budgétaire du pays estimé à près de 20 milliards d'euros récurrents à l'horizon 2015 et réduire la dette publique. Pour y arriver, Elio Di Rupo rappelle qu'il est nécessaire de sortir du débat réducteur "dépenses contre recettes". Pour lui, la vraie question est de "savoir quelles réformes permettront à la fois d'augmenter les recettes et de diminuer les dépenses, en créant de l'emploi et de l'activité économique et en garantissant la justice sociale".

Dépasser les clivages

Pour sortir de l'ornière, le formateur estime qu'il faut dépasser le clivage gauche / droite pour former "un gouvernement composé de femmes et d'hommes responsables et capables de réformer notre pays et de ne pas accroître le risque de spéculation. L'heure n'est pas aux conflits entre les partis politiques. L'heure est à l'intérêt général. C'est de l'avenir du pays dont il s'agit, de l'avenir des 11 millions de citoyens, qu'ils soient Wallons, Flamands ou Bruxellois, de gauche, de droite ou du centre".

Elio Di Rupo qui a consulté tous les partis politiques aura encore des contacts informels avec certains partis ainsi que des contacts avec des acteurs de la vie économique et sociale. Ensuite, 10 à 15 jours lui seront nécessaires pour finaliser sa note de base.

Pour Elio Di Rupo, chaque parti devra décider en son âme et conscience s'il y a plus de chances de sortir de l'immobilisme en acceptant de former un gouvernement et d'avancer sur une grande réforme de l'Etat ou en rejetant le changement fondamental qui sera proposé. Chaque parti devra avoir le courage de prendre des risques.

Levif.be

Nos partenaires