Les nuisances sonores autour de Brussels Airport diminuent, selon l'UGent

04/05/18 à 20:17 - Mise à jour à 20:17

Source: Belga

Le nombre de riverains de Brussels Airport susceptibles d'être gravement exposés à des nuisances sonores dues au trafic aérien a chuté l'an dernier de 8,4%, après une année en hausse.

Les nuisances sonores autour de Brussels Airport diminuent, selon l'UGent

Un arrêt qui rend le problème du survol de Bruxelles encore plus inextricable. © DANNY GYS/REPORTERS

Au total, 13.575 personnes sont encore "potentiellement très gênées" par les décollages et/ou les atterrissages, affirme vendredi l'université de Gand (UGent) dans son étude annuelle sur la question.

Chaque année, l'UGent établit une cartographie des nuisances sonores autour de l'aéroport national. Elle calcule le nombre de personnes qui peuvent potentiellement subir des nuisances sonores graves (soit un niveau supérieur à 55 décibels).

L'année dernière, 93.305 personnes ont été placées dans cette zone à risque. Elles étaient quelque 100.000 en 2016.

En outre, l'université a développé une formule complexe lui permettant de déterminer au sein de cette zone le nombre de personnes les plus gravement touchées. Au total, 13.575 personnes vivaient dans la zone la plus impactée l'année dernière, contre 14.815 en 2016. Ce dernier chiffre a été recalculé avec les chiffres de population les plus récents disponibles.

Les communes les plus affectées sont Machelen (3.015 personnes), Zaventem (2.144), la Ville de Bruxelles (1.803), Evere et Steenokkerzeel (environ 1.500 chacune).

Selon cette étude, il est frappant de constater que la diminution du nombre de personnes impactées concerne principalement Evere, la Ville de Bruxelles et surtout la commune de Schaerbeek, où le nombre de riverains gênés a quasi été réduit à zéro. Ce constat provient du fait qu'il y a eu moins d'atterrissages via la piste 07L par rapport à 2016, qui constituait alors une année record pour l'utilisation de cette procédure d'atterrissage. Les avions ont également moins souvent décollé la nuit de la piste 25R (soit la même piste que 07L mais dans la direction opposée) tout droit sur Bruxelles, opérant plus souvent un virage vers la gauche.

Les auteurs de l'étude notent que 2017 a été une année plutôt normale en matière de trafic aérien à Brussels Airport. L'utilisation préférentielle des pistes a été le plus souvent bien respecté et aucun chantier de rénovation n'a eu d'incidence sur leur utilisation. Au cours de l'été 2016, par exemple, la piste transversale de l'aéroport (01/19) avait été rénovée, de sorte que les autres pistes avaient dû être davantage utilisés.

Côté bruxellois, les résultats de cette étude ont été plutôt mal accueillis. "Selon l'université de Gand, il n'y aurait que 13.000 riverains de l'aéroport fortement gênés par les nuisances, situés pour la plupart en... Flandre. Je me bidonnerais de rire si cette étude n'était pas à ce point tragique, cynique et largement anti-bruxelloise", a commenté sur Twitter le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, Benoît Cerexhe (cdH). "Quand les Flamands font leur étude, ça donne des chiffres étranges", a de son côté ironisé l'association "Piste 01 Ça suffit".

Nos partenaires