Les négociateurs ne se retrouveront que dimanche

18/11/11 à 10:14 - Mise à jour à 10:14

Source: Le Vif

Le formateur Elio Di Rupo poursuivra ses contacts bilatéraux dans la discrétion ce vendredi et pendant le week-end, a fait savoir sa porte-parole. La prochaine réunion avec les six présidents négociateurs n'aura lieu que dimanche.

Les négociateurs ne se retrouveront que dimanche

© Belga

La prochaine réunion avec les six présidents négociateurs est convoquée dimanche à 15 heures. Le formateur invite tous les négociateurs "à la plus grande retenue vu la gravité de la situation".

L'appel à la retenue concerne certes tous les négociateurs mais sans doute plus spécialement ceux du MR et du sp.a. Les libéraux francophones se réunissent samedi à Marche-en-Famenne pour le lancement de leur campagne pour les élections communales. Les socialistes flamands se réunissent en congrès à Gand samedi toute la journée et dimanche matin.

Les oppositions sont surtout marquées entre le PS et les libéraux et portent notamment sur le rapport entre les efforts à faire dans les dépenses et dans les recettes. Du côté libéral on fait valoir que le formateur a sous-estimé la détermination du MR et de l'Open Vld à défendre leurs points de vue. Du côté socialiste, on est d'avis qu'on a déjà fait beaucoup d'efforts. De plus, le PS est soumis à la pression syndicale de plus en plus forte avec la perspective d'une possible grève générale.

Pour couronner le tout, comme le monstre du Loch Ness, des rumeurs aussitôt démenties par le MR sur la possible entrée des libéraux dans les exécutifs régionaux et communautaires dont ils sont actuellement exclus sont une nouvelle fois revenues à l'avant-scène médiatique.

Cette question est liée à l'entrée en vigueur de la grande réforme de l'Etat sur laquelle les six partis et les écologistes se sont mis d'accord avant d'aborder le socio-économique et pour laquelle il n'y a toujours pas d'accord.

Des négociations sous tension

Les représentants des partis assis à la table des négociations budgétaires, PS, MR, cdH, CD&V, sp.a et Open Vld, s'étaient réunis à six jeudi, sans techniciens pour une nouvelle réunion au finish. Engagée à 16h30, la discussion s'est poursuivie autour des grands arbitrages nécessaires en vue de la confection du budget pour s'interrompre aux alentours de 23h30.

Le travail à abattre serait encore important; "le chemin est ardu", dit-on. Le grand équilibre ne semble pas pour tout de suite: "Chacun a présenté ses marges de manoeuvre et pour certains elles sont extrêmement réduites." La discrétion restait cependant de mise jeudi soir, ce qui semble témoigner de la volonté de continuer. Les échanges des derniers jours autour des recettes et des dépenses, et des réformes structurelles à mener ont surtout opposé le PS aux libéraux, plus globalement la gauche à la droite.

Un appel aux "derniers compromis"
Deux dirigeants socialistes, le francophone André Flahaut, qui préside la Chambre, et la députée Caroline Gennez, ex-présidente du sp.a, ont appelé vendredi les négociateurs engagés dans la formation d'un nouveau gouvernement fédéral à trouver les derniers compromis nécessaires à un accord.

"Ce qui compte c'est que chacun prenne ses responsabilités pour permettre à ce pays de continuer à avancer dans une Europe de plus en plus envahissante. Les négociateurs en sont conscients. La situation est grave. Il faut tout faire pour éviter de se retrouver dans la même situation que d'autres pays européens", a affirmé M. Flahaut lors de l'émission Matin Première de la RTBF.

"La longueur du conclave (budgétaire dans le cadre des négociations) prouve que les travaux sont difficiles et que le pays est engagé dans un chantier énorme. Tout cela demande du temps. Tout le monde devra faire des efforts en fonction de ses moyens", a-t-il ajouté.

Mme Gennez a pour sa part appelé, sur les ondes de la VRT-radio, l'Open Vld à abandonner sa position idéologique rigide. Mais il est également temps que le PS siffle la fin de la récréation et fasse l'effort en vue d'un "ultime compromis".

Selon elle, quatre des six partis participant aux négociations sont plus ou moins sur la même ligne - à savoir le sp.a, le CD&V, le cdH et le MR. Les deux autres (le PS et l'Open Vld) ont des positions éloignées de ce "groupe central rationnel", a-t-elle indiqué.

LeVif.be avec Belga

Nos partenaires