Les militaires déployés à Liège, Huy et Verviers devraient rester un mois

22/01/15 à 14:35 - Mise à jour à 19:51

Source: Belga

Cinquante-cinq militaires se sont déployés jeudi matin à Liège, Huy et Verviers, principalement autour des bâtiments judiciaires, pour en assurer la sécurité. Leur mission fera l'objet d'une évaluation au bout d'un mois.

Les militaires déployés à Liège, Huy et Verviers devraient rester un mois

© Belga

Ces 55 soldats issus du bataillon 12e de ligne, basé à Spa, sont venus appuyer la police, à la demande des bourgmestres des communes concernées. Une dizaine de militaires sont présents à Huy, autour du palais de justice. Le même nombre de renforts est prévu à Verviers, autour du palais de justice, tandis que le reste du contingent s'est déployé à Liège, autour du palais des princes évêques et des nouveaux palais de justice place Saint-Lambert.

Les militaires travaillent sous le commandement de la police. "Ils font partie d'unités de combat, habituées à se déployer à l'extérieur des frontières belges", précise le lieutenant-colonel Pierre Pirson, chef de corps du 12e de ligne. "Pour eux, il s'agit d'une opportunité unique de démontrer leurs compétences sur leur territoire national, leur degré de motivation n'en est que plus élevé."

Ce déploiement militaire devrait a priori durer un mois. La mesure sera ensuite évaluée par les autorités fédérales qui décideront si elle doit être poursuivie ou non. Le lieutenant-colonel Pirson ajoute que les autres opérations à l'extérieur continueront à être assurées.

Quant à savoir s'il serait possible de prévoir un renfort similaire dans d'autres villes, la réponse dépend du fédéral. "Notre intervention s'inscrit dans le cadre de l'accord entre les ministères de l'Intérieur et de la Défense, qui prévoit un déploiement de 300 militaires en Belgique. 120 sont déjà présents à Anvers, 120 à Bruxelles, et avec les 55 en province de Liège nous nous approchons des 300. Pour prévoir plus de monde, il faudrait que l'accord soit revu ou que des choix soient opérés."

En savoir plus sur:

Nos partenaires