Les mesures de prudence du budget wallon 2014 atteignent 142,1 millions d'euros

25/11/13 à 17:46 - Mise à jour à 17:46

Source: Le Vif

Les mesures de prudence du budget wallon 2014 atteignent 142,1 millions d'euros, a affirmé lundi le ministre André Antoine à l'occasion des débats budgétaires en commission du parlement wallon, soulignant la solidité de ce budget mise en cause par l'opposition MR.

Les mesures de prudence du budget wallon 2014 atteignent 142,1 millions d'euros

© Belga

Une marge de sécurité vis-à-vis d'éventuelles requalifications de dépenses par l'Institut des comptes nationaux (ICN), diverses provisions (index, abaissement éventuel de la note de la Wallonie, hausse des taux d'intérêt) et des estimations prudentes de recettes (vente du réseau de fibre optique, produit des taxes sur les automates et les déchets), etc, justifient ce montant, selon le ministre cdH. Si le fédéral n'avait rien demandé aux Régions en juillet dernier sur la compensation "navetteurs" pour Bruxelles, la participation à l'assainissement budgétaire et l'anticipation du retour à l'équilibre budgétaire à 2014 au lieu de 2015, la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles disposeraient d'une souplesse de 260 millions d'euros, a calculé M. Antoine. "La magie n'existe pas, il n'y a que de l'adresse", a-t-il répondu à l'opposition MR qui l'accusait d'user de trucs et astuces.

Le ministre a illustré son exposé de nombreuses statistiques provenant essentiellement d'instances non régionales, afin d'éviter tout reproche de partialité. "Lorsque tombent les sanctions de la Commission européenne, de l'ICN, de Moody's, etc, tous concluent qu'on a été au rendez-vous et que l'on a même fait mieux", a-t-il martelé, demandant aux réformateurs de reconnaître la réalité des chiffres, par "correction mutuelle". Pierre-Yves Jeholet (MR) a critiqué la multitudes de chiffres présentés en l'absence selon lui de perspectives et de priorités, ce que M. Antoine a réfuté. Le député a aussi pointé du doigt l'habitude qu'il attribue à André Antoine de "taper sur le fédéral" et de faire preuve d'euphorie par rapport aux réalités de terrain. Il s'est dit peu convaincu par les prévisions de recettes sur les taxes de circulation et sur les mâts éoliens, une contribution "schizophrénique" par rapport à la politique d'encouragement de l'énergie éolienne.

Le MR avait aussi affirmé qu'André Antoine n'avait pas inscrit les 12,1 millions d'euros de dotation "navetteurs" à destination de Bruxelles. Mais pour le ministre, cette dotation sera bien versée à Bruxelles en 2014 puisqu'elle est en fait prélevée à la source par le fédéral, à charge des transferts qu'il verse à la Wallonie et à la Flandre. Cela n'affectera pas les équilibres budgétaires globaux de la Wallonie et de la Fédération puisque l'impact de la dotation est "plus que compensé" par l'économie qui sera réalisée en dépense par les deux entités à la suite du ralentissement de l'inflation. Le budget a le mérite de ne pas toucher au pouvoir d'achat, s'est pour sa part félicitée Virginie Gonzalez (PS), soulignant la rigueur de l'exercice et la loyauté respectée vis-à-vis du fédéral. Pour Manu Disabato (Ecolo), le budget évite d'augmenter l'inquiétude des citoyens par rapport aux difficultés d'emploi, même si certains organismes comme le Forem "manquent d'air budgétaire" en cette période de rigueur. Les deux projets de décret sur le second ajustement budgétaire de 2013 et le budget initial 2014 ont entamé lundi leur tour des commissions du parlement wallon, avant d'être soumis aux votes vendredi en commission du Budget.

Nos partenaires