Les légèretés comptables de la Communauté française

09/01/14 à 08:22 - Mise à jour à 08:22

Source: Le Vif

La Communauté française et les universités tardent énormément à transmettre leurs comptes aux instances de contrôle, la Cour des comptes, peut-on lire jeudi dans le journal L'Echo.

Les légèretés comptables de la Communauté française

© Image Globe

Le dernier compte d'exécution du budget de la Communauté française reçu par la Cour des comptes remonte en effet à 2008, alors que pour l'état des variations du patrimoine il faut remonter à 2001 que le compte de la trésorerie n'a lui jamais été transmis à la Cour des comptes "depuis la création de la Communauté française", indique L'Echo.

Selon le journal, cela indique, à tout le moins, une légèreté vis-à-vis des autorités de contrôle et, au pire, un souci délibéré de tenter de masquer certains chiffres.

Les universités ne sont pas épargnées par le phénomène. Alors que la loi impose que leurs comptes soient transmis à la Cour des comptes, celle-ci attend toujours la plupart des documents datant de l'année 2008.

"Ces retards sont imputables aux ministres concernés puisqu'en règle générale, les conseils d'administration de ces institutions établissent les comptes dans les délais prescrits", précise la Cour des comptes, qui ajoute que les courriers adressés à ces ministres sont restés "sans effet".

La Cour des comptes dispose cependant de relais dans ces institutions et a pu ainsi analyser malgré tout les comptes de certaines universités, et y a trouvé certains placements jugés dangereux ou des lacunes dans certains pans de l'administration (imprécision des frais remboursés, paiements de dépenses sans bons de commande, absence de comptabilité basique dans certains services de la Communauté, manque de transparence budgétaire dans la mise à disposition gratuite de personnel pour les cabinets ministériels...).

Nos partenaires