Les juges bruxellois de la jeunesse n'envisagent plus de libérer les mineurs au 31/01

28/01/16 à 18:22 - Mise à jour à 18:22

Source: Belga

(Belga) Les juges de la jeunesse du tribunal de première instance francophone de Bruxelles n'envisagent plus de libérer systématiquement les jeunes délinquants qui leur seront présentés à partir du 31 janvier, tel qu'ils l'avaient annoncé afin de protester contre leurs conditions de travail. "L'ultimatum (lancé au ministre de la Justice Koen Geens (CD&V), NDLR) n'est plus d'actualité, mais les négociations se poursuivent", a indiqué le président du tribunal bruxellois de première instance, Luc Hennart, jeudi à l'agence Belga.

Les juges de la jeunesse bruxellois déplorent un manque de moyens structurels. En septembre dernier, ils avaient dit craindre ne plus pouvoir assurer leurs missions de protection des intérêts de l'enfant et d'enfermement des mineurs délinquants, et menacé de libérer systématiquement tous ceux qui leur seraient présentés. Le ministre de la Justice avait alors condamné cette attitude, assurant faire le nécessaire pour pallier les manquements. Après avoir repoussé leur ultimatum à plusieurs reprises, les juges sont aujourd'hui dans l'expectative. "Il y a eu quelques recrutements, mais les discussions n'ont pas encore abouti à des solutions concrètes", ajoute Luc Hennart, selon qui le déficit en greffiers et employés est toujours d'une soixantaine de personnes. Si les juges ne font plus référence au 31 janvier comme date butoir, ils maintiennent toutefois leur position. "Les négociations sont toujours en cours", conclut le président du tribunal de première instance. (Belga)

Nos partenaires