Les jeunes passent leur permis de conduire de plus en plus tard

07/05/14 à 14:06 - Mise à jour à 14:06

Source: Le Vif

De plus en plus de jeunes Européens ne passent plus leur permis et ne veulent plus de voiture. Les jeunes citadins préféreraient en effet une connexion internet rapide à une voiture. Les auto-écoles belges confirment cette tendance.

Les jeunes passent leur permis de conduire de plus en plus tard

© Belga

Selon Jeroen Smeesters, le porte-parole de Federdrive, la fédération des autoécoles de Belgique, quarante pour cent des trentenaires berlinois n'ont pas de permis de conduire. Il fait le même constat à Londres, Paris, Madrid, etc. où la voiture perd également de sa popularité. Cette tendance se dessine également en Belgique : "Nous voyons augmenter l'âge moyen dans nos écoles. Autrefois, nous accueillions surtout des jeunes de 18 et 19 ans, maintenant ils diffèrent leur permis jusqu'à ce qu'ils aient entre 20 et 22 ans".

À l'époque, la voiture était pourtant symbole de liberté et de plaisir. Smeesters souligne que c'est toujours le cas à la campagne. "On ne peut se passer de voiture que s'il y a des alternatives. Des transports en commun efficaces qui couvrent une zone étendue, une bonne infrastructure pour les vélos. Si ces conditions sont remplies, les étudiants et les moins de trente ans qualifiés laisseront leur voiture de côté". Il explique ce comportement par le prix élevé de la voiture. En plus de l'achat du véhicule, il faut compter le carburant, les assurances et les impôts. En outre, selon lui les jeunes citadins n'ont plus besoin de voiture. "S'ils veulent acheter quelque chose, ils le commandent en quelques clics. Ils ne se déplacent plus pour sortir avec des amis, les rendez-vous sont devenus virtuels".

Smeesters admet que les auto-écoles reçoivent moins d'élèves. À l'heure actuelle, elles réussissent à compenser ce recul par les heures supplémentaires de cours dispensées aux personnes de 24, 25 ans et plus, qui ont plus de mal à apprendre à conduire que leurs congénères plus jeunes.

Le porte-parole se montre plus pessimiste quant à l'avenir des écoles de conduite : "La tendance est claire, rouler en voiture n'est plus cool. On le fera de moins en moins, et quand nous aurons besoin d'une voiture, elle roulera toute seule. Dès qu'on lancera une voiture payable, autonome et qui ne fait pas d'accidents, ce sera le commencement de la fin".

Nos partenaires