Les jeunes Flamands peu sensibles au séparatisme

15/01/16 à 10:52 - Mise à jour à 10:51

Source: Belga

La ministre N-VA Liesbeth Homans formulait la semaine passée l'espoir de voir la Belgique disparaître d'ici 2015. Pourtant, l'aspiration séparatiste, déjà minoritaire actuellement au sein de la population flamande, pourrait bien encore diminuer d'ici là.

Les jeunes Flamands peu sensibles au séparatisme

Bart De Wever © BELGA

Une récente étude menée conjointement par l'ULB et l'UCL révèle en effet une jeune génération flamande nettement moins séparatiste que leurs parents ou grands-parents, encore marqués par des souvenirs collectifs douloureux du mauvais sort subi dans la Belgique d'antan.

"Or, cette mémoire collective douloureuse ne répond plus en rien à l'expérience de la jeunesse flamande du 21e siècle", notent Bernard Rimé (UCL), Pierre Bouchat, Olivier Klein et Laurent Licata (ULB), auteurs de cette étude. Ceux-ci ont interrogé 1.226 Flamands répartis sur trois générations, à savoir celles nées respectivement avant, pendant, et après le conflit linguistique et la fédéralisation consécutive du pays.

Et une conclusion s'impose: le soutien au discours séparatiste actuel est bien moins important auprès des jeunes générations que chez leurs aînés. Ainsi, si un tiers des Flamands nés avant 1982 aspire à une évolution séparatiste, ce chiffre tombe à 16% auprès des Flamands qui n'ont connu qu'une Belgique divisée en Communautés et Régions.

"Les attitudes et opinions des Flamands de la jeune génération ne vont pas dans le sens d'une orientation politique favorable au séparatisme", soulignent les auteurs. Leurs conclusions confirment d'autres travaux semblables menés précédemment.

En 2011, une étude de la KUL auprès de 3.000 jeunes Belges (francophones et Flamands) avait montré que la perspective de scission n'était envisagée que par moins de 9% des jeunes du nord du pays.

Plus récemment encore, une étude IPSOS de septembre dernier aboutissait à une conclusion d'une même veine: si 26% des Flamands de plus de 55 ans se sentent "avant tout flamand", ce chiffre tombe à moins de 20% chez les Flamands moins de 35 ans.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires