Les initiatives citoyennes se multiplient sur les réseaux sociaux

02/09/15 à 15:38 - Mise à jour à 15:38

Source: Belga

L'aide aux demandeurs d'asile aux portes de l'Office des Etrangers à Bruxelles s'organise peu à peu sur les réseaux sociaux, où les initiatives citoyennes se multiplient depuis le début de la semaine. La page "Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés Bruxelles" a notamment été créée sur Facebook, afin de centraliser et coordonner l'aide citoyenne.

Les initiatives citoyennes se multiplient sur les réseaux sociaux

© Belga

Les besoins des demandeurs d'asile ont été répertoriés. Les objets les plus demandés sont des brosses à dents et tubes de dentifrice, des rasoirs jetables mais aussi des lingettes humides. Des miroirs, chaussures de grandes tailles, manteaux, pulls et sous-vêtements ainsi que des shorts et des pantalons hommes sont également recherchés, mais aussi des sacs de divers formats.

Des lampes de poche, des piles et des cartes de gsm prépayées seraient également les bienvenues. Les objets et autres peuvent être déposés à différents endroits: au parc Maximilien, Boulevard Léopold II à Molenbeek ou encore place Quetelet, 2, à Saint-Josse.

Au niveau des services aux réfugiés, de l'électricité, des douches et des toilettes, du wifi et de l'aide médicale restent nécessaires.

Le réseau ADES (un réseau rassemblant des jeunes qui désirent bouger et militer pour une société solidaire, démocratique et écologique) a aussi lancé via les réseaux sociaux une grande récolte pour les réfugiés, du 1er au 5 septembre, dans leurs locaux de la rue de Liedekerke à Saint-Josse.

Mercredi matin, des produits d'hygiène, des sacs de couchage, des couvertures, des tentes et de l'alimentation "facile à manger sans cuisiner ni couverts" étaient toujours recherchés. Un calendrier des dates de distribution de nourriture aux réfugiés de la chaussée d'Anvers par diverses associations a encore été mis à jour sur la page Facebook "Bruxelles Solidaire".

Des citoyens s'organisent aussi pour préparer des repas. Mercredi matin, de nombreuses personnes se rendaient au parc Maximilien, où sont plantées une centaine de tentes, chargées de sacs de biens ou de vivre. "J'ai vu une page Facebook et je suis donc venue avec une voiture jusqu'ici", explique une habitante de Mouscron. Cette dernière répertoriait en une liste les besoins les plus urgents des réfugiés, à savoir des vêtements mais aussi des médicaments. "Ils sont très fatigués, certains ont la grippe et ont besoin d'antibiotiques ou d'aspirines." "Des toilettes sèches ont été installées mais il reste la question des douches et de l'hygiène de base", ajoute cette bénévole. "On ne peut pas laisser faire ça. On peut aider ici."

Une Bruxelloise leur a elle amené du thé et des sacs de couchage, après avoir vu l'appel relayé sur les réseaux sociaux. Liesbet, une autre bénévole, souligne aussi l'importance du soutien moral, au-delà des dons de matériel. "On sent qu'ils ont besoin qu'on s'intéresse à eux, qu'on écoute leur histoire."

Hussein est venu d'Irak, après un long périple. "J'ai pris le bateau et des canots jusqu'à Athènes, en Grèce. Après, j'ai pris le train jusqu'à la frontière de la Macédoine." Il est ensuite passé par la Serbie, la Hongrie, l'Autriche et puis l'Allemagne. Hussein doit retenter sa chance à l'Office des étrangers jeudi. "C'est très lent ici, rien ne se passe." "J'espère pouvoir amener ma famille ici", déclare un autre homme venu d'Irak. "Je recherche la sécurité. Je veux juste les amener ici, je n'ai besoin de rien d'autre." "Je sais que le gouvernement belge ne peut pas accueillir tout le monde en un jour, mais qu'est-ce que je peux faire? ", s'interroge un autre réfugié.

Un rassemblement devrait être organisé dimanche par la "Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés Bruxelles", afin de voir dans un premier temps ce qui peut être réalisé dans l'immédiat et organiser la coordination de l'aide citoyenne, mais aussi envisager comment "on peut continuer la mobilisation sur la question migratoire à moyen terme", précise l'initiatrice de la page Facebook. Une manifestation sera aussi organisée à Bruxelles fin septembre par diverses associations soutenues par la mobilisation citoyenne.

En savoir plus sur:

Nos partenaires