Les hôpitaux refusent "de choisir entre les conditions de travail et l'emploi"

12/07/17 à 15:35 - Mise à jour à 15:36

Source: Belga

(Belga) "Ne nous demandez pas de choisir entre l'amélioration des conditions de travail et le maintien du volume de l'emploi hospitalier", préviennent mercredi les trois fédérations hospitalières wallonnes et bruxelloise Gibbis, Unessa et Santhea, dans une lettre ouverte commune adressée au gouvernement fédéral. Celle-ci est une réponse à la proposition de négociation pluriannuelle élaborée la semaine dernière par les ministres de l'Emploi et de la Santé, Kris Peeters (CD&V) et Maggie De Block (Open Vld).

Cette proposition de négociation concerne les soins de santé fédéraux dans le secteur privé. Celle-ci se base sur les grandes lignes suivantes: la modernisation de la classification de fonction, le renforcement du deuxième pilier de la pension, la modernisation de la politique de carrière, les mesures qualitatives (conventions de travail, organisation du travail, horaires, règlement de vacances), un cadre pour une politique générale en matière de risques psychosociaux et la promotion de la réinsertion, un volet social dans le cadre de la réforme du paysage hospitalier et enfin certains aspects relatifs à la formation et à l'emploi. La proposition prévoit un cadre pluriannuel pour une période de quatre ans. En réponse, les fédérations hospitalières qui regroupent tous les hôpitaux wallons et bruxellois ont rappelé leurs exigences de clarté et de stabilité budgétaire. Elles réclament des moyens supplémentaires pour concrétiser le futur accord. "Pour les gestionnaires des hôpitaux, il est devenu impossible d'absorber d'autres couches d'économies", écrivent les trois fédérations. "Malgré ce contexte difficile, nous participons activement aux discussions en vue d'un nouvel accord social. (Mais) toute mesure qui sera prise dans les suites de ces négociations devra, de toute évidence, être correctement et adéquatement financée par l'autorité. Les hôpitaux ne peuvent pas s'engager à couvrir le manque de financement." (Belga)

Nos partenaires