Les habits neufs de la RTBF : 100 millions

Source: Le Vif

D'ici 6 à 7 ans, la RTBF aura quitté ses locaux actuels pour en intégrer de nouveaux, toujours à deux pas du Boulevard Reyers et à côté de la VRT. Mais dans un tout nouveau quartier, mi-médias, mi-logements. Coût : 100 millions.

Les habits neufs de la RTBF : 100 millions

© RTBF

Ce ne sera pas une mince affaire de déplacer ce mastodonte. Mais au moins ce déménagement pharaonique aura-t-il été anticipé... Six à sept ans avant cette échéance, la Région de Bruxelles Capitale, la commune de Schaerbeek, qui abrite la VRT et la RTBF, ainsi que les directions des deux chaînes publiques, se sont mises d'accord sur un projet de réaménagement global de ce terrain, logé entre le boulevard Reyers, la chaussée de Louvain et l'autoroute de Liège. La RTBF y occupe actuellement 85 000 m2 et la VRT, sa consoeur flamande, 110 000.

Le but ? Repenser le quartier, en y créant notamment un pôle médias, du logement et des équipements collectifs (école, crèche...) et un parc ouvert au public. Le tout sur 450 000 m2 : 55 % de logements, 10 % de commerces, 30 % pour les opérateurs médias et 5 % d'équipements collectifs. "Nous affinons à présent le schéma directeur pour arriver à des plans urbanistiques", précise Cécile Jodogne, échevine en charge de l'urbanisme à Schaerbeek. Avec le souci d'assurer une ouverture au regard depuis le boulevard Reyers vers l'intérieur de l'îlot.

Dans le cadre de ce vaste projet de réaménagement, la RTBF a retenu pour elle deux scénarios qui la contraindront de toutes manières à quitter son antre actuel, du moins en grande partie.
Le premier scénario consiste à construire un bâtiment tout neuf à l'arrière de son implantation actuelle, sur un emplacement de parking. Coût estimé : un peu plus de 100 millions d'euros. La RTBF et la VRT comptent bien revendre les terrains qu'elles possèdent ensemble et dont elles n'ont plus besoin, à l'avant de leur implantation actuelle, du côté du Boulevard Reyers, et à l'arrière, du côté de l'avenue Georgin. Mais cet argent ne servira sans doute qu'à financer la relance technique des opérations dans les nouveaux bâtiments et non le bâtiment lui-même.

Judicieusement, la VRT et la RTBF ont d'ailleurs créé ensemble une banque foncière, dans laquelle elles ont regroupé leurs terrains. Cette structure se chargera de leur revente, afin d'éviter toute concurrence entre les deux médias. Le produit de la vente sera ensuite redistribué entre eux à hauteur de 55 % environ pour la VRT et de 45 % pour la RTBF. Il y a quelques années, cette dernière avait déjà revendu des terrains, pour 1,9 hectare, afin de permettre la construction de deux immeubles face au boulevard Reyers.

La revente de tous ces mètres carrés libérés irait de pair, selon toute vraisemblance, avec la démolition des immeubles actuels, et dans lesquels on trouve un peu d'amiante.

Le second scénario s'appuie sur un option de repli à l'arrière des bâtiments actuels, une formule qui permettrait de conserver, entre autres, la salle ITC (le centre technologique et informatique de la maison), ainsi que les studios de télévision qui ont fait l'objet il y a peu d'une rénovation en profondeur, à hauteur de quelque 10 millions d'euros. "Ces travaux de rénovation étaient indispensables et seront de toutes façons amortis d'ici à 2020", dit-on à la RTBF.

Une aile neuve viendrait compléter les bâtiments anciens conservés, le tout pour former un nouvel ensemble orienté non plus vers le Boulevard Reyers mais vers le parc arrière. Ce scénario serait moins onéreux. En revanche, le risque de perturber le bon fonctionnement quotidien de la RTBF, en procédant à des travaux lourds dans les lieux mêmes où la production se déroule, est élevé. Et il est toujours plus compliqué, pour des opérateurs de travaux, d'intervenir dans un bâtiment existant que dans un bâtiment en construction.

Le conseil d'administration de la RTBF, auquel les deux scénarios ont été présentés, fera son choix d'ici à décembre prochain. Il disposera alors de toutes les informations nécessaires sur la faisabilité technique des projets, sur leur coût et sur les formules de financement possibles.

Le dossier et les plans des deux scénarios dans Le Vif/L'Express de cette semaine. 

En savoir plus sur:

Les derniers articles en un clin d'oeil




Nos partenaires