Les GSM des ministres belges ne sont pas protégés de la NSA

25/10/13 à 07:40 - Mise à jour à 07:40

Source: Le Vif

Les ministres belges ne disposent d'aucune protection spéciale pour leur téléphone portable. Leurs conversations ne sont donc pas protégées, indique vendredi La Libre Belgique.

Les GSM des ministres belges ne sont pas protégés de la NSA

© Belga

La Libre Belgique a voulu savoir si l'Agence américaine de sécurité nationale (NSA) pourrait ou non capter les conversations téléphoniques ou les SMS des ministres. Le porte-parole du Premier ministre Elio Di Rupo, Guillaume de Walque, a déclaré qu'ils préféraient "ne pas répondre pour des raisons de sécurité", mais selon des informations dont le quotidien dispose, le gouvernement ne protègerait pas les conversations téléphoniques de ses ministres.

"Certaines compétences le mériteraient sans doute: la Défense avec Pieter De Crem (CD&V), la diplomatie avec Didier Reynders (MR), les communications du Premier. Sans compter toutes les données budgétaires et financières sensibles dont le gouvernement pourrait être au courant...", pointe La Libre Belgique, qui met également en avant la présence en Belgique des institutions européennes, de l'Otan, du siège de plusieurs multinationales, etc. Malgré cela, les conversations et autres échanges via téléphone portable des ministres ne sont pas cryptés et ne bénéficient pas d'autre protection que celle du simple mot de passe pour allumer le GSM.

"Sonnerie de téléphone" quelque peu différente si on peut dire jeudi soir. A en croire l'intervention d'Armand De Decker, sénateur MR et membre de la commission qui supervise le Comité R, invité à l'émission radio Soir Première, il s'agirait plus d'un manque de 'comportement défensif' de la part de certains ministres qui n'utiliseraient pas le téléphone crypté mis à leur disposition.
"J'ai été au gouvernement moi-même et je constatais à l'époque que les ministres, surtout les ministres comme le premier ministre, le ministre des affaires étrangères et le ministre de la défense, n'utilisaient pas ou très très peu leur téléphone crypté. Ils font énormément de communications avec leur téléphone de "monsieur tout le monde" que beaucoup de gens, pas seulement les états, pourraient écouter. Donc il faut aussi changer de comportement, avoir un comportement défensif par rapport au fait que la réalité technologique fait que nous sommes écoutés par de nombreuses sources d'origines différentes."

Nos partenaires