Les grandes puissances réunies à New York en quête d'un plan de paix sur la Syrie

18/12/15 à 17:03 - Mise à jour à 17:03

Source: Belga

(Belga) Les grandes puissances se sont retrouvées vendredi à New York en quête d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur la Syrie, qui entérine un ambitieux plan américano-russe pour un cessez-le-feu et un règlement politique.

Les grandes puissances réunies à New York en quête d'un plan de paix sur la Syrie

Les grandes puissances réunies à New York en quête d'un plan de paix sur la Syrie © BELGA

Dix-sept ministres des Affaires étrangères, dont celui des Etats-Unis, de la Russie, de l'Arabie saoudite et de l'Iran, et trois organisations multilatérales, ONU, UE et Ligue arabe, se réunissent pour la troisième fois depuis fin octobre au sein du Groupe international de soutien à la Syrie, dans le cadre du processus diplomatique de Vienne qui a établi le 14 novembre une feuille de route pour la Syrie. Les discussions ont commencé dans la matinée dans un grand hôtel de New York, et les ministres devaient ensuite se rendre au siège des Nations unies, à quelques centaines de mètres de là, avec pour objectif d'adopter une résolution du Conseil de sécurité qui entérine et légitime le processus de Vienne. Un diplomate de l'un des cinq pays membres permanents du Conseil a indiqué vendredi matin à des journalistes que la formulation de la résolution n'était pas finalisée, mais qu'il s'attendait à ce qu'elle passe. Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, présent à New York, a estimé que "le pas le plus important à faire est de continuer d'avancer vers un réel cessez-le-feu (...) entre les groupes de l'opposition armée et les forces de sécurité du régime d'Assad". "Il s'agit maintenant ici à New York que nous harmonisions autant que possible les positions de l'opposition avec ce que nous avons discuté au niveau politique à Vienne", a-t-il ajouté dans une déclaration diffusée par son ministère. La feuille de route établie à Vienne prévoit une rencontre à compter du 1er janvier entre représentants de l'opposition et du régime de Damas, un gouvernement de transition dans les six mois, des élections dans les 18 mois et un projet de cessez-le-feu après quatre ans et demi d'un terrible conflit qui a fait plus de 250.000 morts et des millions de réfugiés dans les pays voisins et en Europe. Mais le sort du président Bachar al-Assad demeure le principal obstacle à une sortie de crise. (Belga)

Nos partenaires