Les généralistes rejetteraient le tiers-payant obligatoire

13/03/15 à 07:31 - Mise à jour à 07:31

Source: Belga

Un sondage en ligne proposé par le Journal du médecin et l'Association belge des syndicats médicaux (ABSyM), auquel 1.129 médecins généralistes belges ont répondu, révèle que ces derniers rejettent massivement les différentes variantes d'extension du tiers-payant obligatoire.

Les généralistes rejetteraient le tiers-payant obligatoire

© Thinkstock

Le tiers-payant (TP) est un système qui permet au patient de n'avancer que le ticket modérateur (sa quote-part personnelle), à charge du médecin ou de l'institution de soins de se faire rembourser, auprès de la mutuelle, la partie couverte par l'assurance-maladie.

Or, un tiers-payant social doit être étendu aux BIM (patients bénéficiaires de l'intervention majorée) au 1er juillet 2015 et il aura un caractère obligatoire.

Selon ce sondage, 42% des médecins ne sont pas satisfaits du système, un constat encore plus vrai en Flandre (48% de mécontents). Il ressort également qu'un cinquième des sondés n'appliquent "jamais" le tiers-payant, un autre cinquième "un peu" et 6% "toujours" tandis que 42% l'appliquent "lorsque les exigences l'exigent", devant un patient indigent ou exigeant.

Parmi les reproches faits au système, on notera que 58% des sondés signalent un délai de paiement de plus d'un mois. Et les francophones sont légèrement plus à la peine (61% attendent plus d'un mois avant d'être remboursés) que les néerlandophones (57%). Seuls 17% sont remboursés endéans le mois (21% des Flamands et seulement 12% des francophones). Quarante-trois pourcent des médecins interrogés estiment ce délai "inacceptable".

Face aux velléités d'étendre le système, 66% des sondés s'opposent au TP obligatoire pour les patients OMNIO (personnes à faibles revenus bénéficiant du tarif préférentiel). Côté francophone, 73% s'y opposent.

Près de deux tiers (64%) répondent qu'ils sont prêts à refuser d'appliquer le système si on l'élargit aux BIM dès le 1er juillet 2015.

En savoir plus sur:

Nos partenaires