Les frappes israéliennes ont tué au moins 23 combattants

10/05/18 à 12:04 - Mise à jour à 12:11

Source: Belga

(Belga) Les frappes nocturnes menées en Syrie par l'armée israélienne ont tué au moins 23 combattants, dont cinq soldats syriens et 18 membres de forces alliées du régime, a rapporté jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon l'armée russe, Israël a utilisé 28 avions et a tiré 70 missiles contre les infrastructures iraniennes en Syrie. Le ministère russe de la défense précise que la moitié des missiles ont été détruits par le système de défense antiaérienne syrien. Parmi les soldats du régime tués figure un officier. Des Syriens et des étrangers font partie des combattants tués, selon cette ONG. L'armée israélienne a dit avoir bombardé des dizaines de cibles militaires iraniennes en Syrie. Après des semaines de crispations, les premières lignes militaires sur la partie du Golan occupée par Israël ont essuyé un barrage d'une vingtaine de roquettes, déclenché selon l'armée israélienne par les forces iraniennes de l'autre côté de la ligne de démarcation en Syrie. L'armée israélienne a frappé en représailles dans la nuit de mercredi à jeudi des dizaines de cibles militaires iraniennes en Syrie. Selon le site d'informations libanais "L'Orient le Jour", les échanges de tirs ont débordé au Liban, mais n'ont pas fait de victimes. L'armée du pays du Cèdre a fait savoir que "quatre avions de chasse israéliens ont violé l'espace aérien libanais". La Russie et la France ont appelé à "la retenue" et "la désescalade". L'Allemagne a pour sa part dénoncé les tirs iraniens depuis la Syrie sur la partie du Golan occupée par Israël, les qualifiant de "grave provocation". "Israël a la droit de se protéger", a estimé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. "En même temps, il est très important que l'on en vienne à une nouvelle désescalade", a-t-il ajouté. (Belga)

Nos partenaires