Les faits dus "à un acte de désespoir du chauffeur", affirme un journaliste dans un livre

07/03/16 à 15:21 - Mise à jour à 15:21

Source: Belga

(Belga) L'accident de bus de Sierre, qui avait coûté la vie à 28 personnes, dont 22 enfants originaires de Lommel et Heverlee, le 13 mars 2012, n'en était en réalité pas un mais est plutôt dû à une manoeuvre consciente du chauffeur du véhicule, qui prenait un anti-dépresseur et qui a commis un acte de désespoir. Voilà ce qu'affirme Douglas De Coninck, journaliste d'investigation pour le quotidien flamand De Morgen et auteur d'un livre sur le sujet, "De busramp in Sierre: 1 pil, 28 doden" (La catastrophe de Sierre: 1 comprimé, 28 morts), présenté lundi.

Les faits dus "à un acte de désespoir du chauffeur", affirme un journaliste dans un livre

Les faits dus "à un acte de désespoir du chauffeur", affirme un journaliste dans un livre © BELGA

Dans son ouvrage, Douglas De Coninck reconstruit le parcours du bus, notamment à partir des derniers SMS de son chauffeur, des déclarations d'enfants qui se trouvaient à l'intérieur et des données du tachygraphe du véhicule quant à la vitesse à laquelle celui-ci a embouti un mur du tunnel de cet autoroute suisse. Il s'est également appuyé sur une étude soulignant les effets secondaires négatifs de l'anti-dépresseur que prenait le chauffeur et dont il était en train de réduire la consommation. "C'est surtout lorsque vous mettez tous les éléments ensemble qu'il devient clair que quelque chose d'autre que le hasard est en jeu ici", explique le journaliste, qui a en outre trouvé une dizaine de similitudes avec l'acte de désespoir du copilote Andreas Lubitz, qui avait intentionnellement précipité un avion de la Germanwings contre le flanc d'une montagne dans le sud de la France en mars 2015. Plusieurs membres de familles des victimes, présentes lors de la présentation du livre lundi, ont qualifié sa parution de soulagement car ils estiment n'avoir jamais reçu de réponses adéquates de la part de la justice suisse et que cet ouvrage les leur apporte. "Peut-être que cela mènera à une nouvelle enquête judiciaire", espère ainsi une mère. (Belga)

Nos partenaires