Les étudiants en psychomotricité manifestent à Bruxelles

01/07/16 à 15:57 - Mise à jour à 15:57

Source: Belga

(Belga) Environ 700 personnes ont défilé vendredi entre 12h00 et 14h00, entre la gare centrale de Bruxelles et le cabinet de la ministre de la Santé Maggie De Block, pour protester contre le refus de reconnaissance de la psychomotricité comme profession paramédicale.

Des messages sur les pancartes ont ciblé la ministre, avec des slogans comme "Maggie t'as rien compris" et "De Block, tu débloques. Reconnais la psychomotricité". Le logo de la psychomotricité a été dessiné à la craie sur le sol devant le cabinet. Les étudiants ont fait entendre leurs revendications avec force en attendant le retour de leur délégation. Cette dernière rapporte, selon les représentants du cabinet, que la ministre restera sur ses positions. En conséquence, la Fédération des Etudiants Francophones (FEF) envisage de mener de nouvelles actions à la rentrée. "Le comportement de Maggie De Block est inadmissible car elle ne concerte jamais les organisations représentatives des étudiants au niveau francophone sur les dossiers qui concernent les études", estime Brieuc Wathelet, président de la FEF. Les études de psychomotricité sont organisées depuis la rentrée 2013 en Fédération Wallonie-Bruxelles sous la forme d'un Bachelier d'une durée de 3 ans. Un millier d'étudiants et trois cents diplômés sont concernés. Les étudiants engagés dans ce parcours attendaient une reconnaissance du Conseil national des Professions paramédicales pour pouvoir exercer leur profession dans le cadre légal. Leur avis rendu début juin est défavorable. "Cette décision est aussi valable pour les professionnels qui sont déjà sur le terrain", remarque Anne Caymans, présidente de l'UPBPF (Union professionnelle belge des psychomotriciens francophones). "Les actes thérapeutiques de soin en psychomotricité ne pourront plus être portés que par les kinés, les logopèdes, les ergothérapeutes, les médecins et quelques autres professionnels. La profession de psychomotricien est complètement balayée. Ils pourront seulement travailler dans les domaines de la prévention et de l'éducation, mais ce n'est pas ce à quoi ils sont formés. Le métier existe depuis 40 ans en France et est reconnu au Luxembourg." (Belga)

Nos partenaires