Les Etats membres veulent une décision d'ici fin juin sur les garde-frontières européens

17/12/15 à 23:16 - Mise à jour à 23:16

Source: Belga

(Belga) Les États membres de l'Union européenne doivent décider d'ici fin juin ce qu'ils veulent faire de la proposition de la Commission de mettre sur pied un corps européen de garde-frontières et de garde-côtes, ont convenu les chefs d'Etat et de gouvernement jeudi soir à Bruxelles.

Les Etats membres veulent une décision d'ici fin juin sur les garde-frontières européens

Les Etats membres veulent une décision d'ici fin juin sur les garde-frontières européens © BELGA

La proposition est controversée parce qu'elle implique que les États membres perdent une partie de leur souveraineté. Si un Etat ne semble pas être en mesure de surveiller sa portion de frontières extérieures de l'UE, les autres pays peuvent décider - contre la volonté de l'Etat membre en question - de déployer des garde-frontières européens. Les dirigeants européens ont discuté de la proposition de la Commission même si elle n'a été présentée qu'il y a deux jours. Ils ne sont pas encore tombés d'accord sur le contenu, mais les 28 dirigeants estiment qu'ils devraient aboutir à une position commune d'ici fin juin, pour préparer les négociations avec le Parlement européen. "C'est une échéance assez ambitieuse", confie un diplomate. Quelques dirigeants ont émis des réserves à propos de la proposition. "Cela ne sera pas repris tel quel, les États membres l'adapteront certainement", indique-t-on de source diplomatique. Les chefs d'Etat et de gouvernement ont également chargé leurs ambassadeurs de conclure le plus vite possible un accord sur le financement des trois milliards d'euros destinés à aider les réfugiés syriens en Turquie. Il semble qu'un milliard d'euros sera puisé dans les budgets européens et que les États membres devront mettre deux milliards d'euros sur la table. Cela représenterait pour la Belgique une contribution de 58 millions d'euros. Après le dossier migration, les dirigeants européens attaquaient, en même temps que leur dîner, la question du référendum britannique. (Belga)

Nos partenaires