Les éditeurs craignent une fracture numérique défavorisant les élèves francophones

28/01/14 à 18:25 - Mise à jour à 18:25

Source: Le Vif

La représentante belge pour le Digital Agenda européen, la Digital Champion Saskia Van Uffelen, et la section scolaire de l'Association des Editeurs Belges (ADEB) ont exprimé, via un communiqué envoyé mardi, leur inquiétude quant à une éventuelle fracture numérique au détriment des élèves de l'enseignement francophone.

Les éditeurs craignent une fracture numérique défavorisant les élèves francophones

Constatant un manque d'utilisation des outils digitaux dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles, les éditeurs craignent que les écoliers soient "privés des moyens de construire leur avenir". "Il s'agit essentiellement d'un manque de fonds", précise Michel Roiseux, président de la section scolaire de l'association des éditeurs belges.

"Les éditeurs ne vont pas se lancer à corps et à cris dans le développement de manuels numériques enrichis, car il n'y a simplement pas de demande, vu le montant 'ridicule' que les écoles reçoivent pour l'achat d'outils d'apprentissage (manuels et logiciels)". "La Flandre consacre chaque année un subside d'environ 45 euros par enfant à l'achat de manuels scolaires. En Wallonie, les écoliers ne 'reçoivent' que 8 euros", précise-t-il.

La solution se trouve, selon les éditeurs, dans un accroissement des moyens et dans la mise en place d'un plan d'équipement structurel et à long terme. "Le ministère accorde ponctuellement quelques milliers d'euros à quelques écoles qui ont le projet de s'équiper d'ordinateurs et autres, mais ce n'est pas suffisant", note Michel Roiseux.

Selon la dernière enquête de l'AWT (Agence Wallonne des Télécommunications) sur les TIC et l'école, le secondaire francophone comptait en 2013 un ordinateur pour 7 étudiants, le primaire offrant moins d'un appareil pour 12 élèves. L'AWT notait alors que "les taux de disponibilité des équipements TIC dans les écoles de Wallonie atteignent ou dépassent difficilement la moitié des moyennes européennes".

Nos partenaires