Les dirigeants européens confirment les engagements pour l'Europe sociale

14/12/17 à 19:15 - Mise à jour à 19:18

Source: Belga

(Belga) Les dirigeants européens ont confirmé jeudi soir leur engagement, pris le mois dernier lors du sommet social de Göteborg, à mieux collaborer en matière d'éducation, en créant par exemple des universités européennes, et à s'attaquer à l'écart salarial entre les femmes et les hommes.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne s'étaient réunis le 17 novembre à Göteborg, en Suède, pour un sommet inhabituel consacré aux questions sociales. Celles-ci n'avaient plus été abordées dans une réunion spéciale des chefs d'Etat et de gouvernement depuis vingt ans, c'était à Luxembourg en 1997. Depuis, les thématiques économiques ont largement dominé les débats et discussions, notamment en raison de la crise économique et financière, et les préoccupations sociales ont parfois semblé passer en arrière-plan. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui a fait de l'Europe sociale une des priorités de sa présidence, avait reconnu que le socle des droits sociaux ressemblait fort à une liste. "Cette liste, je ne veux pas qu'elle soit considérée comme un poème", a-t-il commenté, en faisant référence à l'Inventaire de Jacques Prévert. "Ce n'est pas un poème, c'est un programme." Dans des conclusions adoptées jeudi, les dirigeants européens s'engagent à mettre en oeuvre ce socle des droits sociaux, et à agir plus pour réduire l'écart salarial entre femmes et hommes. Par ailleurs, ils ont pris des engagements pour augmenter la mobilité des étudiants, via le programme Erasmus+, et créer d'ici 2024 vingt universités européennes. Ils souhaitent aussi favoriser l'apprentissage des langues, afin que les jeunes puissent maîtriser deux langues européennes en plus de leur langue maternelle. L'enseignement et la culture restent essentiellement des compétences des Etats membres. (Belga)

Nos partenaires