Les députés francophones bruxellois ont aussi fait leurs devoirs de vacances

10/04/14 à 18:22 - Mise à jour à 18:22

Source: Le Vif

Le parlement francophone a lui aussi effectué ses devoirs de vacances, jeudi, pour faire passer plusieurs décrets avant la fin de la législature, ce que n'ont pas manqué de déplorer, au cours des débats, le MR et les FDF, depuis les bancs de l'opposition.

Les députés francophones bruxellois ont aussi fait leurs devoirs de vacances

© Image Globe

Il n'avait pas vraiment le choix du calendrier. Celui de la dernière semaine affichait déjà complet sans les travaux de la Commission Communautaire française.

Comme les autres assemblées du pays, le parlement bruxellois aura déjà lui-même une kyrielle de textes à son ordre du jour.

Jeudi, le parlement francophone bruxellois a donc fait passer plusieurs décrets portant notamment assentiment à des accords de coopération intra-francophones relatifs à la mise en oeuvre des bassins de vie Enseignement-Formation-Emploi destinés à établir un partenariat local entre les établissements scolaires de tous niveaux, les opérateurs de formation, les fonds sectoriels des entreprises et les partenaires sociaux. L'objectif est d'améliorer la qualité des formations dispensées.

Un autre accord de coopération a obtenu le feu vert de la CoCof: celui qui vise à mettre en oeuvre un cadastre des parcours éducatifs et post-éducatifs. Objectif: mieux connaître les trajectoires des étudiants jusqu'à l'emploi pour permettre aux pouvoirs publics de mieux connaître les besoins en formation.

Les députés francophones bruxellois ont par ailleurs adopté un décret visant à limiter à trois le nombre de mandats publics (en dehors de ceux exercés dans le cadre d'une relation de travail à temps plein) et la rémunération autorisée. Le texte prévoit des incompatibilités dont celles entre la fonction de parlementaire et le mandat d'administrateur d'un organisme d'intérêt public dépendant de la CoCof, et entre la fonction de chef de cabinet et celle de président d'un organisme d'intérêt public relevant des compétences du collège de la CoCof.

Il prévoit enfin que le parlement et le collège de la CoCof veillent à une participation équilibrée des hommes et des femmes (au minimum un tiers du même sexe) en cas de désignation ou de nomination au sein d'un organe de gestion d'une personne morale.

Nos partenaires