Les critiques se multiplient après l'accord de gouvernement en Allemagne

09/02/18 à 11:44 - Mise à jour à 11:46

Source: Belga

(Belga) Les critiques se multipliaient vendredi en Allemagne sur la répartition des postes ministériels, notamment sur l'absence probable de personnalités issues de l'ex-RDA dans le prochain gouvernement d'Angela Merkel.

"Je suis interloquée qu'il n'y ait pas apparemment de ministre est-allemand dans le gouvernement", a déclaré la ministre régionale de l'Intégration de Saxe (est), Petra Köpping, dans l'édition en ligne du Spiegel. "Un Allemand de l'Est ou une Allemande de l'Est doit être représenté dans le gouvernement", a exigé de son côté Manuela Schwesig, ancienne ministre de la Famille et aujourd'hui dirigeante de la région nord-orientale du Mecklembourg-Poméranie, dans un entretien à plusieurs journaux régionaux. À l'issue de longues et laborieuses négociations, le camp conservateur d'Angela Merkel et les sociaux-démocrates sont parvenus mercredi à s'entendre sur la répartition des postes ministériels dans le prochain gouvernement qui pourrait entrer en fonction en mars. Aucune personnalité n'a encore été officiellement désignée mais parmi les probables ministres ne figure aucun responsable politique de l'ex-RDA dans l'équipe, excepté la chancelière qui a grandi dans la partie communiste du pays. "Peut-être qu'on comprendra un jour que l'Est fait partie de l'Allemagne", a également ironisé Gregor Gysi, ancien responsable du parti de Gauche radicale, die Linke, longtemps accusé d'avoir collaboré avec la police politique est-allemande, la Stasi. À la traîne économiquement, sans club de foot en première division, les régions de l'ancienne RDA se considèrent souvent comme les parents pauvres de l'Allemagne. La montée spectaculaire de l'extrême-droite dans ces régions n'a pas contribué à améliorer leur image même si le phénomène ne se limite pas à l'Est. Les critiques de tous bords ne cessent de pleuvoir depuis l'annonce de cet accord de gouvernement. Certains responsables de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de Mme Merkel déplorent le faible nombre de portefeuilles ministériels réservés à sa famille politique, en particulier dans les fonctions régaliennes. "Cela bouillonne partout", a ainsi résumé Paul Ziemiak, le dirigeant des jeunes de la CDU, en réclamant "un renouvellement" au sein du gouvernement. "On ne peut tout simplement pas continuer ainsi dans ce gouvernement", a-t-il lancé à la radio Deutschlandfunk. Jeudi, le ministre des Affaires étrangères et figure de premier plan du SPD, Sigmar Gabriel, s'en est vertement pris au président du SPD, Martin Schulz, qui espère devenir chef de la diplomatie. Il l'a accusé de ne pas respecter son engagement à ne pas entrer dans un gouvernement d'Angela Merkel. (Belga)

Nos partenaires