Les "conséquences graves" des températures records de 2015

03/08/16 à 02:42 - Mise à jour à 02:42

Source: Belga

(Belga) Les températures records enregistrées en 2015 ont eu de graves conséquences sur de nombreuses régions de la planète, selon un rapport publié mardi par l'autorité américaine du climat.

La température annuelle à la surface du globe en 2015 a dépassé le précédent record enregistré en 2014 de 0,1 degré Celsius, selon l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). Le phénomène El Nino, qui a affecté les conditions météorologiques du monde entier a également joué un rôle dans ces températures records en 2015. Ce phénomène physique annuel dans le système climatique de la Terre "prouve que le climat de 2015 a été dessiné tant par un changement à long terme que par l'évènement El Nino", a affirmé Thomas Karl pour l'agence NOAA. La température moyenne des océans a éteint son niveau record, et le niveau de la mer a été 70 millimètres plus haut que la moyenne de 1993. Parmi les autres conséquences de cette hausse des températures, l'autorité relève la plus haute concentration de gaz à effet de serre au sommet du mont Mauna Loa à Hawaii, et la propagation d'une algue occasionnant des dégâts depuis le centre de la Californie jusqu'à la Colombie britannique au Canada. Les glaciers n'ont cessé de fondre et les 101 cyclones tropicaux qui se sont formés en 2015 ont surpassé la moyenne de 82 pour la période 1981-2010. La faune dans l'Arctique a également été affectée, selon le rapport qui relève que des troupeaux de morse sont retournés sur la terre au lieu de rester sur la glace. En Norvège, dans la mer de Barents, les températures plus élevées ont encouragé les espèces de poissons d'eau chaude à chasser les espèces natives. Le rapport, qui paraît pour la 26e fois, compile les données de 450 chercheurs et 60 pays. (Belga)

Nos partenaires