Les centres Télé-Accueil manquent d'écoutants bénévoles

09/06/18 à 18:49 - Mise à jour à 18:51

Source: Belga

(Belga) Six centres Télé-Accueil de Wallonie et de Bruxelles, en manque de personnel, ont impérativement besoin de recruter des écoutants bénévoles. A Bruxelles par exemple, seul un tiers des 150.000 appels entrants ont été décrochés en 2017. Les antennes wallonnes espèrent engager au moins dix personnes pour parvenir à un effectif minimum de 60, ont indiqué leurs responsables à l'agence Belga.

Le centre de Mons, qui ne compte qu'une quarantaine d'écoutants, organisera une formation en septembre. Son responsable, Jean-Pierre Marchand, invite d'ores et déjà les personnes intéressées à postuler. "Les candidats vont d'abord passer un entretien avec le directeur, puis un autre avec la formatrice", précise-t-il. Une fois réussi, le candidat devra suivre une formation à l'écoute de 20 heures, où il participera à des jeux de rôles. Il ne commencera un stage d'écoute que s'il a réussi cette formation. Le candidat sera confronté à des personnes souffrant de solitude, de problèmes relationnels, d'alcoolisme ou des victimes de violences, détaille Caroline Chevalier, responsable du Télé-Accueil de Charleroi. Il n'y a aucun profil d'écoutant défini, souligne-t-elle. Pour Claire Mayence, directrice adjointe du Télé-Accueil Namur-Brabant wallon, "ce sont des personnes qui ont envie de se rendre utiles. Elles viennent parfois dans le cadre de leurs études. Ou parfois, elles se réorientent dans leur vie. Même des retraités essaient". "Nous avons besoin d'écoutants bénévoles pour réduire la différence entre les appels entrants et les appels décrochés", ajoute Pascal Kayaert, directeur de Télé-Accueil Bruxelles. L'équipe bruxelloise compte 80 personnes actuellement, mais il en faudrait une centaine au moins. Si la question de l'isolement ou de l'exclusion y est régulièrement abordée, cette antenne reçoit aussi énormément d'appels liés aux actes terroristes, l'actualité réveillant parfois des blessures enfouies, explique M. Kayaert. (Belga)

Nos partenaires