Les cas de jets de pierres sur des trains ont diminué de moitié sur la période 2010-2014

19/01/16 à 16:14 - Mise à jour à 16:14

Source: Belga

(Belga) Le nombre de signalements de jets de pierres sur des trains a plus que baissé sur la période 2010-2014, passant de 414 à 203. Entre janvier et août dernier, 125 faits de ce genre ont été recensés, ce qui constitue une nouvelle baisse, de 32%, par rapport à la même période un an plus tôt, ressort-il d'une réponse de la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant à une question parlementaire.

Les cas de jets de pierres sur des trains ont diminué de moitié sur la période 2010-2014

Les cas de jets de pierres sur des trains ont diminué de moitié sur la période 2010-2014 © BELGA

Depuis 2010, le service juridique de la SNCB a ouvert 163 dossiers, dont 134 ont été classés comme étant "non récupérables". Dans 19 cas, les auteurs ont en revanche été retrouvés. Une enquête est toujours en cours pour le reste des dossiers. Le coût total facturé pour les réparations, le dérangement de la circulation et les frais de personnel s'est élevé à 8.705,53 euros, dont 1.163,23 ont effectivement pu être récupérés. Aucune personne n'a été blessée par ces jets de pierres depuis 2010. La plupart des faits se sont produits alors que les trains roulaient ou ont eu lieu dans des plus petites gares ou arrêts où il n'y avait pas de personnel de surveillance de la SNCB présent. En 2015, la plupart des cas ont été recensés sur des lignes dans les zones Bruxelles et Liège. "De tels faits se sont également produits sur la ligne 124 Bruxelles-Charleroi mais cependant toujours à des endroits différents", indique Jacqueline Galant. Les gares de Schaerbeek, Jette-Simonis, Bressoux, Herstal, Sclessin et Mollem sont les 'hot spots' de ces jets de pierres. (Belga)

Nos partenaires