Les Belges ne craignent pas de partir en vacances malgré la menace terroriste qui pèse

27/07/16 à 17:12 - Mise à jour à 17:12

Source: Belga

(Belga) Les Belges ne craignent pas de partir en vacances et n'annulent dès lors pas leur voyage prévu de longue date ni ceux réservés en dernière minute, malgré la menace terroriste qui pèse, ont indiqué mercredi les tours opérateurs Thomas Cook et Jet Air à l'agence Belga.

Les Belges ne craignent pas de partir en vacances malgré la menace terroriste qui pèse

Les Belges ne craignent pas de partir en vacances malgré la menace terroriste qui pèse © BELGA

"Nous ne remarquons pas de frilosité de la part des Belges à partir à l'étranger. Les mois de juillet et août sont importants pour les familles qui veulent absolument partir en vacances alors que tout est réservé. Le Belge tient à ses vacances et le besoin de partir reste bien présent", explique Florence Bruyère, porte-parole de Jetair. Le changement s'opère toutefois dans le choix des destinations, au détriment des pays du Maghreb, "bien que le Maroc est en croissance". "Si la Turquie reste le troisième pays le plus prisé", elle enregistre néanmoins moins de réservations que l'an dernier et 63% des vacanciers choisissent tout de même l'Espagne ou la Grèce. En outre, le Belge privilégie les voyages en avion. La compagnie aérienne Jetairfly transporte ainsi cet été plus de passagers que l'an dernier. Même son de cloche du côté de Thomas Cook puisque la menace terroriste n'affecte pas les réservations du tour opérateur, "tant celles effectuées très tôt que très tard". "Même après l'attentat à Istanbul fin juin, et malgré avoir proposé des alternatives à nos voyageurs, un minimum de dossiers d'annulation ont été enregistrés", souligne le porte-parole Koen van den Bosch. "On remarque effectivement un changement de destinations, mais c'est lié au climat géopolitique. Évidemment, les voyages vers la Tunisie ont chuté et se sont reportés sur l'Espagne, le Portugal, la Grèce, la Bulgarie ou encore la Macédoine, mais c'est à cause du conseil de voyage négatif", explique-t-il encore. (Belga)

Nos partenaires