Les assistants sociaux seront formés à détecter le radicalisme dès septembre

04/05/18 à 07:15 - Mise à jour à 07:17

Source: Belga

(Belga) Les assistants sociaux seront formés à la détection de signes de radicalisme éventuels parmi les personnes qui font appel à l'aide sociale, à partir de septembre 2018, annonce le ministre en charge de l'intégration sociale Denis Ducarme (MR), dans les titres Sudpresse vendredi.

Les assistants sociaux seront formés à déceler les indices avant-coureurs d'une éventuelle radicalisation, communément appelés "signaux faibles". La formation vise également à leur fournir des moyens adéquats pour y faire face. Un budget de 100.000 euros est alloué à la formation qui prendre la forme d'e-learning, complété d'une séance "en personne physique" dès septembre, déclinée par province. Le projet fait suite aux recommandations de la commission d'enquête parlementaire relative aux attentats du 22 mars 2016, dont le ministre a été membre. "J'ai pu comprendre combien la détection du radicalisme était essentielle et que l'effort devait être partagé face à cette menace, au-delà de l'appareil policier et judiciaire. C'est dans ce sens-là que l'on a pu, à l'époque, parmi les recommandations, demander à ce que les maisons de justice, où sont actifs des travailleurs sociaux, soient également formées à la détection du radicalisme. Eh bien, pour les CPAS, c'est la même chose ! ", explique M. Ducarme. Si ce type de formation peut aider à détecter des menaces "avant qu'elles ne produisent des drames, c'est évidemment essentiel de prendre sa part d'efforts", poursuit le ministre. (Belga)

Nos partenaires