Les aménagements raisonnables dans l'enseignement sont-ils irréalisables ?

22/05/18 à 10:00 - Mise à jour à 11:19
Du Le Vif/L'Express du 17/05/18

Le politique affiche sa volonté de ne pas rejeter le handicap et les troubles hors de l'école. Dès septembre prochain, un décret oblige l'école à s'adapter à tous les élèves à besoins spécifiques. Les enseignants pointent le manque de moyens pour sa mise en place.

Des témoignages renversants de parents. Il en va ainsi d'une mère qui explique que son fils dyslexique, en deuxième secondaire, ne parvient pas à obtenir de bons résultats lorsqu'il est testé à l'écrit. Son trouble entraîne une difficulté à transposer ses connaissances sur papier. L'oral, en revanche, semble être son véritable atout. " J'ai demandé à l'école que Thomas soit évalué oralement, ou que les consignes lui soient reformulées oralement lors des contrôles, raconte Nathalie. Ça a été un non catégorique. Le directeur m'a dit : "Aucun passe-droit. Les autres parents ne le supporteraient pas." " " Les enseignants pensaient que Lara était fainéante, qu'elle le faisait exprès. Ils ne comprenaient pas que c'est un handicap ", déclare François, père d'une adolescente dyspraxique et dyscalculique. Les parents ont fini par trouver une école qui l'accepte en classe avec son ordinateur. En plus de son portable, Lara utilise un scanner et une imprimante. Elle utilise également un logiciel vocal qui lui lit les questions à voix haute. " Mais ça été des années de moquerie, avec des dégâts sur l'estime de Lara. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires