Les 200 premiers réfugiés syriens transférés en Belgique par avion arriveront la semaine prochaine

20/05/16 à 21:04 - Mise à jour à 22:35

Source: Belga

Les 200 premiers réfugiés syriens transférés de Grèce en Belgique par avion, aux termes du plan de répartition liant l'Union européenne à la Turquie, arriveront la semaine prochaine, a annoncé vendredi le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, Theo Francken.

Les 200 premiers réfugiés syriens transférés en Belgique par avion arriveront la semaine prochaine

© AFP

"Il s'agit de deux groupes de 100 personnes, qui seront répartis dans notre pays à travers une centaine de centres et d'organisations actives dans l'asile", a précisé le mandataire N-VA, à l'occasion d'une visite de son homologue grec Ioannis Mouzalas au centre Fedasil de Lubbeek, la commune dont M. Francken est le bourgmestre.

Ce transfert est la conséquence de l'accord du 18 mars entre l'Union européenne et la Turquie pour ralentir l'afflux de migrants. Les réfugiés seront hébergés non seulement dans les 24 centres d'accueil Fedasil mais aussi dans des structures communales ou des CPAS, ainsi que dans des initiatives privées.

Douze experts belges opèrent actuellement dans les centres d'enregistrement ("hotspots") grecs, en soutien des autorités helléniques. "A partir de la semaine prochaine et dans les semaines à venir, nous ferons progressivement passer leur nombre à 50. Il s'agit de juristes qui veillent aux procédures de recours, d'experts de l'asile et de collaborateurs spécialisés dans l'enregistrement et le retour. Nous voulons renforcer les garanties sécuritaires. La situation évolue d'ailleurs dans le bon sens: la sécurité s'est fortement améliorée en peu de temps", a affirmé M. Francken.

Ce dernier recevait M. Mouzalas - qui faisait un détour par Lubbeek en marge d'une réunion européenne - afin d'insister sur la bonne coopération entre les deux pays dans le cadre de la crise de l'asile, quelques mois après une polémique entre les deux hommes. M. Mouzalas avait soutenu en début d'année que M. Francken aurait déclaré, lors d'une réunion informelle à Amsterdam, vouloir refouler les réfugiés à la mer même s'ils s'y noyaient, ce que M. Francken avait vivement réfuté. Les deux hommes avaient déjà pu aplanir ce différend après que M. Mouzalas eut reconnu avoir mal formulé ses propos.

En savoir plus sur:

Nos partenaires