Le vol à l'étalage en constante augmentation

18/10/16 à 11:04 - Mise à jour à 11:04

Source: Communiqué

Cette semaine c'est la Semaine nationale de la sécurité, lancée par Comeos, et à laquelle participera le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, et ainsi que la Justice.

Le vol à l'étalage en constante augmentation

© Getty Images/iStockphoto

Le vol à l'étalage est un fléau qui a toujours existé. Seulement ce problème, aussi vieux que le commerce, prend aujourd'hui de telles proportions que les commerçants peinent de plus en plus à y faire face.

Déjà l'an passé, le Baromètre Global du vol dans le Retail, réalisé par The Smart Cube pour Checkpoint, indiquait qu'en Belgique, la "démarque inconnue" représentait en moyenne 1,19 % du chiffre d'affaires alors que la moyenne européenne est à 1,05 %. Selon ce baromètre, sur les 927 millions d'euros de perte de revenus (chiffres de 2014), contre 880 millions l'année précédente, 445 millions d'euros sont dus au vol à l'étalage.

Interviewée par La Première ce matin, une commerçante du City2 annonçait des chiffres effrayants concernant le vol en magasin. D'après elle, ces vols ne sont plus de simples chapardages, mais le fait de bandes organisées, contre lesquels le personnel ne peut quasi rien faire à part constater le vol après coup et chiffrer les pertes.

Dominique Reumers de Checkpoint faisait déjà l'an passé un constat similaire: "Il y a une croissance des vols dans le commerce de détail en Belgique et c'est une tendance qui revient presque chaque année. Il y a plusieurs explications, mais une des raisons principales c'est la crise économique et aussi au fait qu'il y a une croissance de la criminalité organisée avec des bandes étrangères. Elles sont de plus en plus inventives et créatives pour contourner les systèmes antivols".

Certains commerces plus importants peuvent se permettre de s'offrir les services de gardiens à l'entrée de leurs enseignes, mais ce n'est pas le cas des plus petits commerçants.

La Justice est assez démunie face à ce type d'infractions étant donné le(s) auteur(s) sont rarement identifiés et que les services de police ne disposent ni du temps,

ni des effectifs pour enquêter sur ces vols, souligne Comeo dans son livre blanc de la sécurité. Et quand cela arrive, il est également rare que le parquet porte l'affaire devant un juge.

Pour remédier à cela que lors de cette Semaine nationale de la sécurité, les parquets d'Hal-Vilvorde, de Tongres, d'Eupen et d'Hasselt traiteront tous les dossiers liés à la criminalité en magasin le même jour. Pour Dominique Michel, CEO de Comeos : "C'est un signal fort envoyé par le monde judiciaire aux commerçants, leur montrant que le problème n'est pas pris à la légère."

Aujourd'hui, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon allait à la rencontre des commerçants du centre commercial City2. L'occasion d'entendre leurs témoignages sur ce qu'est leur quotidien face à ce problème en augmentation constante.

Nos partenaires