Le vin wallon est encore dans sa phase "expérimentale"

25/08/14 à 18:38 - Mise à jour à 18:38

Source: Le Vif

La Wallonie possède environ 80 hectares de vignes, contre le double en Flandre, selon les estimations de Philippe Grafé, viticulteur du Domaine du Chenoy à Emines (La Bruyère).

Le vin wallon est encore dans sa phase "expérimentale"

© Reuters

Combinant cépages classiques et hybrides, la viticulture wallonne, lancée voici dix ans, est en ébullition avec "des projets qui se chuchotent", constate Jean-François Baele, du Domaine du Ry d'Argent à Emines, qui vise une production de 140.000 litres d'ici 2019.

"Chaque domaine a son identité et est différent. C'est en cela que le vin wallon est unique, un peu expérimental, contrairement à la France où tout est bloqué. Ici, on peut créer et innover!", analyse Jean-François Baele. Il n'existe pas un style de vin ou un choix de cépage spécifiquement wallons mais des "philosophies qui se complètent", selon Philippe Grafé. Le climat du Nord-Maritime confère "plus de fraîcheur et de vivacité" au vin qui est "léger, goûteux, avec un faible taux d'alcool mais plus équilibré", ajoute l'ex-administrateur-délégué de la société Grafé Lecocq.

En province de Namur, il existe cinq domaines, dont celui de Bellefontaine à Bièvre où 25.000 pieds de vignes ont récemment été plantés sur 2 hectares, a indiqué Didier Michaux, confirmant une information de La Meuse. Du 11 au 13ème siècle, la vallée de la Meuse, de Namur à Liège, était une région viticole. A cause de l'instabilité politique et climatique, la vigne a disparu et n'a pas été replantée, ajoute Philippe Grafé.

Nos partenaires