Le vieil accent PSC de Benoît Lutgen

04/08/17 à 08:14 - Mise à jour à 08:14
Du Le Vif/L'Express du 04/08/17

A chacun son tic de langage. Derrière le désormais célèbre " en même temps " d'Emmanuel Macron était censé se cacher un projet novateur. Sous le sempiternel " quelque part " de Benoît Lutgen perce un idéal. Celui du bon vieux PSC des familles.

Il n'est pas un théoricien, il est encore moins un orateur, à la lueur de l'aube, il préfère le silence de la forêt au ramdam des radios, mais il fait de la politique, donc il lui faut bien s'exprimer. Son entêtement d'Ardennais le distrait dans la seconde des doctes incitations de ses conseillers en communication. Chaque sortie médiatique est un calvaire pour eux, un supplice pour lui, un chemin de croix pour nous : ils ont envie de lui finir ses phrases comme il voudrait ne pas avoir à les dire comme nous voudrions ne pas avoir à les retranscrire. Mais voilà. Benoît Lutgen, président du CDH, a choisi de faire sauter le système politique francophone, et ce ne sont pas des choses que l'on peut faire en silence.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires