Le travailleur belge est plus stressé que les autres Européens à cause des trajets

27/10/16 à 11:19 - Mise à jour à 11:19

Source: Belga

En moyenne, 40% des Belges empruntant la voiture pour se rendre au travail y arrivent en état de stress, pour une moyenne européenne de 34%, selon une étude publiée jeudi.

Le travailleur belge est plus stressé que les autres Européens à cause des trajets

© iStock

A l'inverse, 80% des travailleurs usant des transports publics s'estiment calmes à leur arrivée au boulot. L'efficacité des transports en commun belges est pourtant nettement inférieure à la moyenne européenne, avec 68% chez nous pour 75% dans les 10 pays étudiés.

Selon une étude menée par PageGroup auprès de 12.000 personnes dans dix pays européens (Italie, Turquie, Belgique, Allemagne, Suisse, Autriche, Espagne, France, Portugal, Pologne et Pays-Bas), le Belge est particulièrement affecté par le stress des trajets domicile-boulot. Près de la moitié de la population serait prête à déménager pour se faciliter la vie. La situation est surtout propre au sud du pays, puisqu'elle ne concernerait que 28% des travailleurs flamands.

En moyenne, pour se rendre au boulot, le Belge met 45 minutes. Soit le deuxième temps de trajet le plus long de l'étude, derrière les 48 minutes turques et au-dessus de la moyenne européenne de 42 minutes. Et selon les répondants, il n'y a qu'à Bruxelles que les transports en commun sont capables de véritablement faire concurrence à la voiture. Conséquence, 80% des travailleurs flamands et 85% de leurs homologues wallons prennent la voiture pour aller travailler et quatre personnes sur dix se disent stressées à leur arrivée, faisant du travailleur belge le 3e plus angoissé de l'étude.

Outre une adaptation des horaires - notamment via le télétravail - PageGroup plaide pour l'utilisation du vélo pour diminuer la tension des travailleurs. Plus de 86% des cyclistes affirment en effet qu'ils sont parfaitement calmes quand ils arrivent au bureau. "Non seulement les employés qui prennent le vélo sont plus motivés mais cela se traduit également par moins d'absences pour raison de santé", soulignent les résultats de l'étude.

Nos partenaires